Promotion des droits humains : JOURNALISTES, SURVEILLANTS PÉNITENTIAIRES ET JEUNES LEADERS

0
251

Le Centre d’assistance et de promotion des droits humains (CapDH), avec l’appui financier de l’ambassade royale du Danemark au Mali, à travers le Fonds d’appui aux moteurs du changement (FAMOC), a tenu du 25 au 26 juillet derniers, deux ateliers de formation à l’adresse des journalistes et des surveillants pénitentiaires, dans la salle de conférence de l’AGETIC. Ces sessions avaient pour objectifs de renforcer les capacités des participants sur les droits de l’Homme et les modes de saisine des juridictions pénales. Ce, pour favoriser la promotion et la protection des droits de l’Homme et l’accès à la justice au Mali.

La cérémonie d’ouverture des sessions était présidée par le chargé de Programme « Coexistence pacifique » de l’ambassade royale du Danemark, Youssouf Abdoulaye Barry, en présence du directeur exécutif du CapDH, Négueting Diarra, ainsi que de plusieurs responsables de l’administration pénitentiaire.
Dans son intervention, le directeur exécutif du CapDH, a d’abord rendu hommage à toutes les personnes qui, au quotidien, luttent pour la défense et la promotion des droits humains. Par la suite, Négueting Diarra rappellera que son organisation a contribué l’année dernière à la formation de plus 400 jeunes sur les mêmes thématiques. Et le directeur exécutif du CapDH d’annoncer que cette année la structure compte former plus de 700 jeunes à travers la tenue de 17 ateliers au Mali.

« Permettez-moi de remercier les plus hautes autorités du pays qui ont signé et adopté les traités, les accords et les instruments juridiques au profit des droits humains pour améliorer les conditions de vie au Mali », a salué Négueting Diarra. Toutes choses, appréciera-t-il, qui sont en train de faire du Mali un modèle en matière de respect des droits humains. Le représentant de l’ambassade du Danemark a déclaré que le CapDH est une organisation dynamique qui a bénéficié d’un appui financier du Royaume, à travers le FAMOC qui constitue un dispositif de financement de la société civile. Pour Youssouf Abdoulaye Barry, le FAMOC vise à appuyer une synergie d’organisations considérées comme moteurs du changement en matière de promotion des droits humains, de média de paix, de recherche participative et de leadership. Cela, a-t-il souligné, pour que les jeunes participent de manière constructive à la réconciliation et au relèvement.

Les participants ont pris connaissance à travers des exposés sur les modules suivants : introduction au système des droits de l’Homme, les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux de protection des droits de l’Homme, les modes de saisine des juridiction pénales ainsi que le rôle des journalistes dans la promotion et la protection des droits de l’Homme.

Ces différentes communications ont été suivies de débats à travers des questions réponses, qui ont permis aux journalistes d’avoir des éclairages, à travers des cas pratiques de violations de droits humains au Mali et dans le monde. Les préoccupations des participants ont porté essentiellement sur la protection des journalistes en temps de crise, la dépénalisation des délits de presse, la violation du délai de garde-à vue. Au cours des échanges, il a également été question de la protection des mineurs en situation de conflit avec la loi pénale, de précisions sur plusieurs termes juridiques etc.

A l’issue de la formation, le porte-parole des participants, Soumeylou Arboncana Maïga, a remercié le CapDH pour cette initiative leur ayant permis de renforcer leurs capacités en matière de protection et promotion des droits humains, promettant d’en faire bon usage. Le directeur exécutif du CapDH a recommandé aux journalistes de mettre cette formation à profit pour aider les organisations de la société civile, les autorités maliennes à lutter davantage contre les violations des droits de l’Homme, à travers des publications allant dans le sens de la sensibilisation en vue de la promotion d’un Etat de droit au Mali.

Aboubacar Traoré
L’ESSOR

Laisser une réponse