Protection de l’environnement : La Douane aussi y contribue

0
618

«La contribution de la douane à un avenir durable». C’est ce thème qui a été retenu pour célébrer hier la Journée internationale de la douane, fêtée le 26 janvier de chaque année. La cérémonie de lancement des activités de 2020 a été présidée par Mme Barry Hawa Sylla, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie chargée du Budget.
Dans son allocution, le directeur général des douanes, Mahamet Doucara, précisera que cet événement est consacré cette année au rôle de la douane dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD) de l’Organisation des Nations unies (ONU).
Ainsi, en plus des défis économiques, sanitaires et sociaux, les administrations douanières de notre pays, comme celles de la planète entière, s’engageront à relever aussi les défis environnementaux, a-t-il laissé entendre. « Dans l’exécution de ses missions de protection de la santé publique, de la flore et de la faune, et d’appui en matière de sécurité, l’administration des douanes maliennes a saisi de 2016 à 2019 ; 48.260 kg de viande de volaille, 64.58 kg de foie impropres à la consommation humaine, 26.191 kg de stupéfiants, 390 armes de guerre et 73.231 munitions avec un pic de 196 armes de guerre.
Dans ce registre, on peut citer aussi les différentes saisies opérées sur les espèces menacées d’extinction, tels que les tortues, les antilopes et du bois. “En 2019 ; 5.155 explosifs et détonateurs, 13.711.896 de médicaments et produits vétérinaires, et 52.756 kg de cyanure, ont été saisis », a informé Mahamet Doucara.
Poursuivant que la douane contribue à la prospérité économique de notre pays non seulement en adoptant des mesures fortes contre la fraude commerciale et l’évasion fiscale, mais aussi en réduisant les barrières au commerce afin d’encourager l’investissement national et étranger. « Au cours des années 2017, 2018 et 2019 ; les douanes maliennes ont contribué à l’alimentation du budget d’État, à hauteur respectivement de 585,1 milliards de Fcfa en 2017, 499,1 milliards de Fcfa en 2018 et 555, 3 milliards de Fcfa avec un taux de réalisation des objectifs assignés de 89,42% en 2019 », argumentera-t-il.
Par ailleurs, le directeur général des douanes a aussi rappelé que des accords et conventions internationaux ont été transcrits dans le dispositif juridique de notre pays pour lutter contre des fléaux comme la criminalité transnationale, le terrorisme, le blanchiment des capitaux.
Quant à Yacouba Katilé, secrétaire général de la section syndicale de la douane, il s’est réjoui du choix de ce thème qui revenait sans cesse dans des grands débats intra-syndicaux à travers le monde sur l’avenir du travail et la réalisation du travail décent.
Outre les actions de contrôle et de surveillance visant à protéger l’économie nationale, le secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) a appelé ses camarades douaniers à amplifier leurs efforts pour la protection de la faune et de la flore, dont les essences participent, selon lui, à l’équilibre du monde.
Quant à Mme Barry Hawa Sylla, à l’entame de ses propos, elle a fait savoir que les douanes maliennes jouent un grand rôle dans l’atteinte des objectifs pour le développement durable. Parlant de la Journée, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie chargée du Budget, a reconnu que le thème retenu cette année s’inscrit en droite ligne du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable (CREDD 2019-2023), un document de référence en matière de planification stratégique des politiques publiques du Mali. Lequel document se subdivise en des axes consacrés à la paix, à la sécurité, à la protection de l’environnement et au renforcement de la résilience au changement climatique.
À ses yeux, l’administration des douanes facilite la réalisation de ces missions stratégiques, d’autant plus qu’elle déploie des efforts pour contrôler le commerce international des espèces sauvages de la faune et de la flore menacée, mène des actions vigoureuses contre le trafic d’armes, le blanchiment des capitaux tendant à financer le terrorisme et autres formes de criminalité transfrontalière, a salué Mme Barry Hawa Sylla.
Auparavant, le maire de la Commune VI, Aboubakar Keïta avait, après avoir souhaité la bienvenue à tous, remercié le directeur général d’avoir facilité par le passé l’électrification de son agglomération avec 1.200 lampes. Il a profité de l’occasion pour soumettre comme doléance : la réalisation d’un parking pour les gros porteurs qui occupent de manière anarchique l’espace public dans sa Commune.
À l’issue de la cérémonie des certificats de mérite ont été remis à quinze agents des douanes pour leur engagement autour du thème retenu.

Lassana NASSOKO

Laisser une réponse