Protection des données personnelles : L’APDP a son nouveau siège

0
232

Le ministre Yaya Sangaré (g) a visité les locaux en compagnie du président de l’Autorité Oumarou Ag Mohamed Ibrahim

L’Autorité de protection des données à caractère personnel (APDP) a désormais son siège. L’infrastructure a été inaugurée, hier par le ministre de la Communication, chargé des Relation avec les Institutions, Porte parole du gouvernement, Yaya Sangaré qui avait à ses côtés le président de l’institution, Oumarou Ag Mohamed Ibrahim.
Le joyau qui surplombe l’avenue Moussa «Travélé», est un bâtiment de trois étages bâti sur une superficie de 920 m2. C’est un édifice moderne au style contemporain, respectant les normes de sécurité requises. Le nouveau siège offre un cadre idéal au personnel qui, pendant de longues années, a pris «son mal en patience, en travaillant dans des conditions peu enviables», dira Oumarou Ag Mohamed Ibrahim. «Ce siège, ajoutera-t-il, est l’aboutissement d’un rêve, celui de chausser profondément et éternellement les racines de cette administration inconnue du commun des Maliens.» Le président de la jeune institution indépendante a confirmé que l’édifice conférera une notoriété certaine, d’autant plus que l’APDP fait partie du cercle fermé des Autorités africaines de protection des données personnelles et de la vie privée à disposer d’une infrastructure de cette envergure.
En la matière, le patron de l’Autorité fera remarquer que la réalisation de ce siège témoigne de l’attachement du chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, à promouvoir les droits humains au Mali.
Le coût de réalisation de l’infrastructure s’élève à plus de 700 millions de Fcfa, entièrement financés sur le budget national.
Après avoir coupé le ruban symbolique, le ministre en charge de la Communication a exprimé sa satisfaction de voir les agents de l’APDP disposer enfin d’un siège. Cette inauguration, soulignera le ministre Yaya Sangaré, marque le couronnement des efforts du gouvernement et est l’aboutissement d’un long processus qui a débuté en 2013, avec la première Loi n°2013-015, portant protection des données à caractères personnels, et de création de l’APDP.
L’Autorité, a insisté le ministre Porte-parole du gouvernement, est investie de lourde responsabilité de protéger les données personnelles des Maliens «qu’il faut protéger et sécuriser.» Ce qui fera dire au ministre Sangaré que la communication et le numérique sont au cœur de la problématique que défend l’APDP, une institution dont le personnel est désormais en mesure de mener à bien sa mission de protection des données personnelles des Maliens, avec son nouveau siège.
Babba B.
COULIBALY

Laisser une réponse