Protection des enfants : DGME et UNICEF se donnent la main

0
220

Le centre d’accueil des Maliens de l’extérieur héberge plus de 7000 rapatriés

La défense des droits des enfants et la protection des enfants en mobilité et migration est une préoccupation partagée par la Délégation générale des maliens de l’extérieur (DGME) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (lUnicef). Les deux parties ont noué des rapports de collaboration pour la prise en charge holistique des enfants rapatriés.

Le partenariat entre la DGME et l’Unicef s’inscrit dans la mise en œuvre opérationnelle de l’axe 1 de la Politique nationale de migration (PONAM) qui concerne la sécurisation, l’assistance et la protection des enfants.
Il sera axé sur le renforcement des capacités techniques du staff en charge d’enregistrer, d’accueillir et de prendre en charge les enfants, leur prise en charge psychologique, la mise à disposition d’un médecin pédiatre, mais aussi la réinsertion sociale et scolaire des enfants.

La migration a toujours été une pratique essentielle de certaines communautés du Mali. Elles l’ont intégrée comme stratégie de lutte contre la pauvreté.

Si la migration se traduit en termes d’opportunités pour certains, elle reste une menace et un défi complexe en termes d’assistance et de protection des personnes. C’est pourquoi, les autorités ont conçu un outil efficace, en adoptant la PONAM et son plan d’actions en septembre 2014.

Sur la question la DGME et l’organisation onusienne ont décidé de cheminer ensemble pour répondre au défi de la protection des enfants. Le lancement de leur partenariat s’est déroulé, hier, dans la Cité des Maliens de l’extérieur à Niamakoro.

La cérémonie était présidée par le ministre des Maliens de l’extérieur, Amadou Koïta, en présence du représentant adjoint de l’Unicef, Felix Ackébo, et du représentant du maire de la Commune VI, Amara Samaké. On notait aussi la présence de plusieurs jeunes rapatriés et des représentants d’associations de défense des doits des enfants et des migrants.

Le ministre Koïta a salué l’initiative de l’Unicef et exprimé l’engagement du président de la république, Ibrahim Boubacar Keïta, à défendre les droits des enfants en général et ceux des expatriés en particulier. « Cela va matérialiser la construction d’une cité d’accueil des Maliens de l’extérieur en 2018 qui héberge de nos jours plus de 7000 rapatriés, dont 433 enfants », a expliqué le ministre des Maliens de l’extérieur.

Felix Ackébo a expliqué la mission de son organisation, notamment la défense des droits des enfants et le contexte du phénomène au niveau national. La prise en charge adéquate des enfants nécessite une synergie d’actions entre les services compétents du gouvernement, notamment ceux des départements Maliens de l’extérieur, de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, et les organisations intervenant dans la protection des enfants.

Depuis plusieurs années, notre pays est en train de faire face aux expulsions et rapatriements de nos citoyens vivant dans d’autres pays pour non possession de permis de séjour ou pour des raisons économiques et politiques.

Ces retours non préparés, particulièrement difficiles pour les enfants, doivent être gérés adéquatement afin de minimiser les risques pour les enfants, et leur assurer une réintégration sociale et scolaire réussie. Le représentant adjoint de l’Unicef a exprimé l’engagement de son organisation pour une gestion efficace du phénomène.

Amara Samaké avait auparavant lancé un appel à tous pour la réussite de ce partenariat fécond. Il y a eu aussi une visité guidée des différents ateliers de la Cité des Maliens de l’extérieur

Amadou SOW

Laisser une réponse