Protection des enfants : UNE CAMPAGNE PORTEUSE D’ESPOIR POUR FILLES ET GARÇONS VULNéRABLES

0
194

La ministre de l’Elevage et de la Pêche, Dr Kané Rokia Maguiraga, représentant sa collègue en charge de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, a lancé, vendredi dernier dans un hôtel de la place, la campagne « Agir pour protéger les enfants affectés par les conflits ».
C’était en présence de la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, Mme Virginia Gamba, des présidentes de l’Equipe spéciale des Nations unies sur les enfants et les conflits armés. La rencontre a également enregistré la présence des partenaires et membres du corps diplomatique.
Cette campagne vise à catalyser l’attention et les efforts nécessaires au niveau global pour mettre fin aux violations graves des droits de l’enfant ainsi qu’à prévenir de futures violations, en renforçant la collaboration, le partenariat et les synergies entre acteurs locaux, régionaux et internationaux.
Selon la représentante spéciale du secrétaire général des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, le Mali doit mettre en œuvre des solutions durables qui permettront aux filles et garçons qui ont souffert et souffrent toujours des affres du conflit de retrouver et de profiter pleinement de leur enfance, mais surtout d’avoir accès à de véritables options pour réintégrer la société et se reconstruire avec l’espoir d’un avenir meilleur.
Pour elle, au Mali, « Agir pour protéger » permettra de renforcer le plaidoyer pour la protection des enfants, les premières victimes du conflit.
« La campagne lancée aujourd’hui est porteuse d’espoir pour les filles et garçons les plus vulnérables du Mali, mais doit s’accompagner d’actions concrètes pour mettre fin aux violations graves contre les enfants », ont dit les co-présidentes de l’Equipe spéciale des Nations unies sur les enfants et les conflits armés.
Elles ont également fait savoir qu’elle va soutenir les actions en cours de tous les partenaires au niveau de la protection de l’enfance pour mettre fin et prévenir les violations et assurer que chaque enfant, partout au Mali, bénéficie d’une enfance sans violence.
Mme Virginia Gamba a indiqué que la campagne sera également une opportunité pour les autorités maliennes d’amplifier leurs engagements vis-à-vis des enfants, notamment par la mise en œuvre effective d’instruments internationaux comme la Déclaration sur la sécurité dans les écoles, adoptée par le Mali en février 2018, et l’adoption rapide d’un code de protection de l’enfant révisé. De son côté, la ministre de l’Elevage et de la Pêche a mis en exergue les avancées enregistrées par rapport à la protection des enfants, malgré les difficultés qui persistent.
Au nombre des exploits, Dr Kané Rokia Maguiraga a rappelé la ratification, le 20 septembre 1990, de la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant qui a marqué la volonté du Mali de faire de la promotion de l’enfant un axe prioritaire du développement du pays.
Cela se réaffirme, a-t-elle ajouté, avec l’adoption, en 1992, du plan d’actions pour la survie, le développement et la protection des enfants. Mme Kané Rokia Maguiraga n’a pas manqué de souligner la signature d’un protocole d’accord, le 1er juillet 2013 entre le gouvernement du Mali et le Système des Nations unies sur le transfert des enfants associés aux groupes armés. D’où, selon elle, la présence à Gao du Centre de transit et d’orientation des enfants arrêtés pour le fait de leur association avec les groupes armés.
Au plan institutionnel, a déclaré la ministre, il y a eu l’adoption en juillet 2014 de la Politique nationale de protection et de promotion de l’enfant du Mali, assortie d’un plan d’actions 2015-2019. En perspective, dira-t-elle, au niveau du département en charge de la Promotion de la Femme, il y a l’adoption du code de protection de l’enfant dont le processus est très avancé et l’adoption de la Stratégie nationale pour mettre fin au mariage des enfants.
Bembablin
DOUMBIA

Laisser une réponse