Ramata Maïga : Lauréate d’un prix prestigieux en Espagne

0
220

C’est une jeune fille qui croit dure comme fer que les femmes doivent s’en sortir par elles-mêmes. C’est ce combat pour l’autonomisation de la femme qui s’exprime à travers son premier très court métrage « Ramata » de 60 secondes. Un film qui vient de remporter à Madrid le Prix du jury au Festival international du court métrage de Madrid dont le sigle espagnol est FIBABC. Un grand festival réservé aux films espagnols et latino-américains. Plus de 1000 réalisations étaient candidates à la présélection cette année. « Ramata » a franchi successivement trois étapes pour se retrouver parmi les 18 finalistes ont été projetés durant la semaine professionnelle du festival, mais qui ont été vus par un jury de professionnels exigeants.

Ce film est tiré d’un fait réel, raconte notre interlocutrice. Il s’agit d’une jeune fille dont les parents tiennent au mariage. Elle ne doit pas poursuivre ses études supérieures et doit rejoindre son mari. Pourtant, la fille tient à étudier les Technologies de l’information et de la communication (TIC). Car pour elle, c’est dans cette formation qu’elle aura sa liberté, le travail qu’elle veut faire. Elle finit par avoir gain de cause.

Ce film a été produit par Romàn Reyes, un cinéaste et formateur en audiovisuel en Espagne. Il a animé un atelier d’audiovisuel au Conservatoire des arts et métiers, multimédia Balla Fasséké Kouyaté (CAMM-BFK). C’est ainsi que Ramata Maïga et d’autres étudiants qu’il a encadrés à Bamako ont pu se rendre à Madrid pour un stage dans son école.

Le film de Ramata Maïga est donc un projet d’exercice d’étudiant qui a été tourné et monté à Madrid. Il a été présenté à ce festival par Romàn Reyes. Ramata Maïga, qui fréquente la 2è année License en multimédia au CAMM-BFK, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Elle possède d’autres projets de film qu’elle réalisera bientôt.

Elle avait participé à un atelier, suivi de concours sur le thème «Violences faites aux femmes » organisé par le musée Muso Kunda à Bamako.

Ramata Maïga n’est pas à sa première formation universitaire. Elle est détentrice d’un Diplôme universitaire de technologie (DUT), obtenu à l’Institut universitaire de gestion de Bamako (IUG) en 2017. L’année suivante elle obtient également sa Licence en gestion des ressources humaines (GRH) toujours dans le même Institut.

Cette mordue des TIC ne pouvait pas resté avec des formations et diplômes dont le travail nécessite d’être dans un bureau. C’est ainsi qu’elle commence à faire d’abord de la photographie. À l’issue d’une brève formation, Sergio Lardiez lui donne une « Attestation de Formation en photographie.

Elle se tourne ensuite vers Vortex Groups, une structure qui commence avoir pignon sur rue à Bamako dans le domaine du multimédia. Elle y apprend le montage vidéo, et l’infographie.

En plus de « Ramata », elle a déjà réalisé deux courts-métrages, respectivement intitulés : « Soufrance », et « Yafaa». Elle fut également assistante de réalisation des films comme : « Nimsey », et régisseuse sur le tournage de « Oumou, un destin arraché » de Gaoussou Tangara.

Laisser une réponse