Région de Mopti : Les communautés peulh et dogon engagées pour la paix

0
194

Le Cadre de concertation est composé de personnalités des communautés Dogon et Peulh

De nos jours, de nombreuses initiatives et actions accompagnent le processus de recherche de paix dans notre pays parmi lesquelles figure en bonne place la création d’un Cadre de concertation des communautés Peulh et Dogon auprès du Secrétariat permanent du cadre politique de gestion de la crise au centre.
La cérémonie de lancement régional des activités du Cadre s’est déroulée le lundi 10 février à Mopti sous la coprésidence du gouverneur de la région, le général Abdoulaye Cissé et du secrétaire permanent du cadre politique de gestion de la crise au centre, Boubacar Gaoussou Diarra. L’évènement a enregistré la présence de plusieurs leaders des communautés Peulh et Dogon.
La rencontre a été marquée par la présentation des 12 membres du Cadre de concertation aux autorités administratives, à la société civile et aux Partenaires techniques et financiers (PTF). Leur mission consiste à l’identification de relais locaux du cadre de concertation en s’appuyant sur les structures déjà existantes (Équipes régionales d’appui à la réconciliation régionale-ERAR et Comités communaux de réconciliation-CCR) et au plaidoyer auprès des autorités administratives, des associations de jeunes et de femmes, des autorités traditionnelles et religieuses de la Région de Mopti. L’objectif final est de ramener la paix et la réconciliation dans la Région de Mopti.
Durant cinq jours, les membres du Cadre ont échangé avec l’ensemble des populations de la région, spécifiquement avec celles de la zone exondée dans le dessein de comprendre, recueillir leurs préoccupations et propositions de solutions pour la paix et la réconciliation. Ils ont eu aussi une réunion de travail avec l’Équipe régionale (ERAR) et les Comités communaux (CCR) d’appui à la réconciliation. Les réunions d’échanges avec les personnalités influentes identifiées des communautés Peulh et Dogon des 4 Cercles de la zone exondée ont eu lieu mercredi. Au lendemain, il y a eu une grande rencontre d’information et de sensibilisation des PTF et ONG avec les autorités administratives, les associations de jeunes et de femmes, les autorités traditionnelles et religieuses de Mopti,

À l’ouverture des travaux, le chef de l’exécutif régional, le général Abdoulaye Cissé, a apprécié à sa juste valeur l’initiative en soulignant que le travail que le Cadre va conduire est salutaire à tout point de vue pour la région et pour tout le Mali.
Le secrétaire permanent du Cadre politique de gestion de la crise au Centre, Boubacar Gaoussou Diarra, a succinctement expliqué le processus de mise en place du Cadre de concertation sous son égide qui fait suite à des rencontres avec des personnalités influentes des communautés Dogon et Peuhl avec le soutien de la MINUSMA, en octobre et novembre 2019 à Bamako. Selon l’ambassadeur Diarra, la motivation profonde de l’initiative est que des personnalités influentes des deux communautés convaincues que la paix ne peut pas venir de l’extérieur, ont souhaité poursuivre l’effort d’apaisement, de cohésion dans l’optique des visites du Premier ministre dans la région ayant favorisé la signature de plusieurs accords de paix.
Dans son intervention le porte-parole du Cadre de concertation, Abou Sow, a précisé que le Cadre de concertation est composé de 12 personnes (hommes et femmes) issues des communautés Dogon et Peulh.
«Nous sommes engagés à mobiliser toutes les capacités tant à Bamako que sur le terrain pour que revienne la cohésion réelle, sincère, profonde et durable. L’heure n’est pas à la culpabilisation ni au ressentiment. Il s’agit pour le moment d’amener les populations à jeter dans le sac de l’oubli tout ce qui s’est passé, tous les drames vécus et faire face à l’avenir que nous souhaitons meilleur», a laissé entendre Abou Sow.
À l’issue de la cérémonie, le Cadre de concertation a remis sa feuille de route aux autorités régionales. Ce document est le fruit d’un travail de synthèse des contributions formulées lors des différentes rencontres. Il est décliné en 11 objectifs intermédiaires et des résultats assortis d’un chronogramme indicatif de mise en œuvre.

Dramane COULIBALY
Amap-Mopti

Laisser une réponse