Réhabilitation du patrimoine culturel : L’UE apporte 325 millions de fcfa

0
131

Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo échange le document avec Ouvry Bart en présence du représentant de l’Unesco, Edmond Moukala

Dans le cadre de la continuité de la première phase du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel malien, endommagé par la crise de 2012, le ministère de la Culture et l’Union européenne (UE) ont signé, vendredi dernier un protocole pour le financement du Programme de réhabilitation du patrimoine culturel et de sauvegarde des manuscrits anciens du Mali.
Les destructions et les dégradations subies par les biens culturels, faute d’entretien régulier ou l’interdiction des pratiques et expressions culturelles des communautés par les groupes armés, en 2012, ont porté atteinte à la préservation et à l’intégrité de la riche culture malienne et déstabilisé le tissu social au point de remettre en cause les identités culturelles par la peur, l’humiliation, le traumatisme et le désespoir. Suite à l’appel du gouvernement du Mali, l’Unesco a mobilisé la communauté internationale en faveur de la reconstruction et de la réhabilitation des patrimoines endommagés du Mali.
Cet appel a reçu un écho favorable auprès de certains partenaires techniques et financiers dont l’Union européenne. Des accords de coopération ont été signés par l’Unesco avec plusieurs partenaires dont l’Union européenne. Il faut rappeler que l’UE avait octroyé un financement supplémentaire de 117,431 millions de Fcfa environ pour la reconstruction du monument Al Farouk en septembre 2016.
La cérémonie de signature s’est déroulée dans la salle de réunion du département en charge de la Culture sous la présidence de Mme N’Diaye Ramatoulaye Diallo en présence de l’ambassadeur de l’Union européenne au Mali, Ouvry Bart et du représentant du bureau de l’Unesco de Bamako, Edmond Moukala. On notait aussi la présence des membres du cabinet et des directeurs centraux du département en charge de la Culture.

Mme N’Diaye Ramatoulaye a rappelé le plan d’actions de la première phase et souligné la nécessité de poursuivre le programme de réhabilitation du patrimoine culturel malien.
Le succès de la première phase témoigne l’engagement de toutes les parties prenantes, notamment l’Union européenne et l’Unesco chargée de la mise en œuvre du programme. Elle a soutenu que l’enjeu de cette deuxième phase consiste à poursuivre et affiner les actions de réhabilitation du patrimoine dans l’objectif d’une gestion pérenne et un développement socio-économique au bénéfice des populations locales.
L’Union européenne reste le principal partenaire financier de cette deuxième phase. L’ambassadeur de l’UE, Ouvry Bart, a au nom de la communauté internationale, présenté ses condoléances pour le décès du ministre de l’Éducation nationale.
Il a expliqué que les motivations et l’engagement de l’institution s’articulent autour de quatre grands axes à savoir la sauvegarde, la valorisation, la promotion et la formation. Cette année, 50 jeunes seront formés sur les techniques de réhabilitation du patrimoine culturel en vue de pérenniser les actions.
Le représentant de l’Unesco, Edmond Moukala, a réaffirmé l’engagement de l’institution pour la mise en œuvre de cette deuxième phase.
«L’engagement de l’Unesco aux côtés du Mali reste intact», a dit Edmond Moukala. Ce nouveau financement permettra à l’Unesco de consolider les acquis et de renforcer ses actions de sauvegarde et de valorisation du patrimoine culturel.
Il n’a pas manqué de souligner les contraintes budgétaires qui ont ralenti le démarrage des travaux avant d’expliquer que ces actions ont été rendues possibles grâce à l’appui de l’Union européenne (UE), la Coopération espagnole et le soutien logistique, sécuritaire et financier de la Minusma.

Amadou SOW

Laisser une réponse