Renforcement du processus démocratique : DE PERTINENTES RECOMMANDATIONS DE LA COCEM

0
703
Mme Sylla Fatoumata Dicko présente le rapport

La Coalition pour l’observation citoyenne des élections au Mali (COCEM) a présenté, hier, à l’hôtel Maeva palace, son rapport final d’observation de l’élection présidentielle de 2018, en formulant de nombreuses recommandations pour le renforcement de notre système démocratique.
Il s’agit, notamment, selon la présidente de la La COCEM, Mme Sylla Fatoumata Dicko, de la centralisation de toutes les opérations électorales au niveau d’une seule structure indépendante et pérenne ; de la formalisation légale de la publication des résultats bureau de vote par bureau de vote dans la loi électorale ; de la révision à la hausse du délai entre les deux tours afin de permettre aux deux candidats en compétition de battre campagne et de mobiliser les électeurs.
D’autres recommandations de cette organisation de la société civile portent sur la révision du temps consacré au traitement des recours afin de favoriser un traitement efficace des dossiers par la Cour constitutionnelle et pour faire les investigations nécessaires et sur la promotion des débats entre les candidats à l’élection, sous la supervison de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAC).
Dans son exposé, la présidente de la COCEM, Mme Sylla Fatoumata Dicko, a indiqué que son organisation a observé le processus électoral à travers le recrutement, l’accréditation, la formation et le déploiement d’oservateurs sur toute l’étendue du territoire. La COCEM, selon elle, a mis en place un dispositif lui permettant d’observer la phase pré-électorale, les opérations de vote et de dépouillement et la phase postélectorale.
Elle a souligné que la COCEM a pu observer les phases de distribution des cartes d’électeurs, la campagne électorale, l’environnement pré-électoral, les deux tours du scrutin ainsi que la compilation des résultats et l’environnement post-électoral. Elle a aussi couvert toutes les régions et tous les cercles du pays à travers le déploiement de ses observateurs.
La COCEM, a confié la conférencière, continue à suivre, avec intérêt, le processus de réformes en cours et à plaider pour la mise en œuvre des recommandations formulées dans son rapport final d’observation de l’élection de 2018.
«La COCEM exhorte le gouvernement à informer régulièrement l’opinion publique et les acteurs électoraux sur l’état d’avancement des processus de révision constitutionnelle, de découpage administratif ainsi que du processus électoral qui s’annonce», a récommandé Mme Sylla.
La COCEM est une Plate-forme d’organisations maliennes de la société civile composée de l’Association malienne des droits de l’Homme (AMDH), la Jeune chambre internationale du Mali (JCI Mali), le Réseau plaidoyer lobbing (RPL), SOS Démocratie et Wildaf/Mali.
Elle a été mise en place pour promouvoir la démocratie malienne et contribuer à la consolidation de l’Etat de droit à travers l’Observation des élections. La COCEM s’est engagée à observer les processus électoraux dans l’optique de formuler des recommandations pouvant contribuer à l’amélioration du système électoral au dans notre pays.

Alou Badra
DOUMBIA

Laisser une réponse