Rénovation du tronçon Kalabancoro-Kabala : LES TRAVAUX ESTIMÉS À 95% PAR L’ENTREPRISE ANTA CONSTRUCTION

0
439

Des employés de l’entreprise en pleine activité


Le finisher pour étaler le bitume, le compacteur pour le compactage du sol, la bouillie contenant du goudron en liquide et enfin les camions bennes pour acheminer le bitume de la centrale sur le site. La finalisation des travaux de rénovation de l’axe Kalabancoro-Kabala va bon train. Malgré une pluie (vendredi après-midi) qui ne s’arrête pas, les travailleurs ne se désarment pas. Tous, bien visibles, sont à l’œuvre sur le bas-côté réservé aux motocyclistes et piétons pour l’élargissement de la voie. Habillés en gilet, ils font divers travaux allant du mélange du goudron au gravier à la conduite des engins déployés pour le travail pour rendre plus confortable l’axe allant à la cité universitaire de Kabala. Les accotements, le curage des caniveaux, la pose des dalles des caniveaux, les bordures, la réhabilitation et la création des caniveaux, en certains endroits, sont entre autres tâches de la fin prochaine des travaux. Nouhan Sidibé est le directeur des travaux de l’entreprise Anta Construction chargée du projet de rénovation de l’axe Kalabancoro-Kabala. Ingénieur en génie civil, il se dit très satisfait de l’évolution des travaux. « Selon notre estimation, nous sommes à plus de 95% des travaux réalisés au niveau du projet initial. Pour l’avenant, nous en sommes à plus de 80% » avant de préciser que le projet initial a pris fin le 13 août dernier. La fin des travaux, selon lui, est très proche. « Pour le béton bitumineux, il ne reste seulement que 400 mètres correspondant à une demi-journée de travail », a-t-il rappelé. Pour l’ingénieur en génie civil, le rehaussement des bajoyers des caniveaux est presque fini. Il ne reste qu’à mettre les dalles. Cette tâche, souligne-t-il, a déjà commencé. « Beaucoup de dalles ont été posées, il ne reste qu’une fine partie.
Pour la pose des bordures, poursuit-il, l’évolution est liée aux travaux du béton bitumineux. Pour cause, plus ce dernier évolue, plus les travaux de bordure évoluent aussi. Un des objectifs recherchés par le projet était de réduire le taux d’accident sur le tronçon Kalabancoro-Kabala. «Notre présence a drastiquement réduit le taux d’accident. On ne peut pas avoir zéro taux d’accident mais selon les dires de la population, de la mairie, le taux d’accident a vraiment baissé», estime Nouhan Sidibé. Le projet de rénovation qui devait prendre fin le 13 août dernier, a connu l’ajout de quelques travaux supplémentaires. Il s’agit du rehaussement des bajoyers des caniveaux.
«Du début du projet jusqu’au niveau du cimetière, nous les avons un peu améliorés. Cela ne faisait pas partie du projet initial», a souligné le directeur des travaux. Quant au béton bitumineux, la portance et la compacité du sol ont été améliorées. «Il y a dans ce cas, poursuit Nouhan Sidibé, un traitement du sol avec du grand bitume, ensuite du 31.5. Tout cela a un peu joué sur le délai et le maître d’ouvrage en a tenu compte».
Les travaux de rénovation conduits par l’entreprise malienne Anta Construction ont été réalisés grâce à un ingénieur de génie civil, des techniciens chefs de chantier chargés du béton bitumineux, des dalles, des bordures, du nettoyage, du curage et du dépôt des ordures ainsi que des superviseurs. Pour le suivi et le contrôle des travaux en cours, le bureau d’études Ingerco veille au grain.
Mamadou Diallo est ingénieur en travaux publics, géotechnicien et chef de mission d’Ingerco. Selon lui, sa structure a déployé six éléments constitués d’un chef de mission et son adjoint, quatre surveillants de chantier pour surveiller tous les travaux tant au niveau des confections des dalles qu’au niveau du curage et du revêtement. «Pour l’instant, nous n’avons rencontré aucun problème. Les travaux avancent très bien», précise Mamadou Daillo.
Quant aux matériels et matériaux employés, le bureau s’est avant tout assuré de leur qualité avant de les utiliser. «Nous avons fait tout le nécessaire sur le plan qualité. Tous les matériels et matériaux ont été testés au préalable avant la mise en œuvre», assure-t-il avant d’ajouter qu’à chaque travail de revêtement, une équipe est déployée pour le contrôle.
C’est la fin des travaux bientôt. Les populations riveraines, usagers, étudiants attendent impatiemment de voir la route rénovée pour leur plus grand soulagement.
Sékouba KONARÉ

Laisser une réponse