Rentrée économique : DÉJÀ DES RÉSULTATS TANGIBLES

0
215

Les progrès obtenus justifient que le gouvernement intensifie ses efforts pour la relance économique

Des propositions faites par le secteur privé, lors des précédentes éditions ont reçu un écho favorable de la part du gouvernement avec l’adoption d’un décret orientant la commande publique vers les productions nationales, la réduction de la pression fiscale sur les salaires à travers la suppression pour la formation professionnelle et l’emploi jeunes.

«La préservation et le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires au Mali», est le thème retenu pour la 3è édition de la Rentrée économique du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) ; qui s’est tenue hier au palais de Koulouba, sous la présidence du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta. L’évènement a enregistré la présence du Premier ministre, ministre de l’Économie et des Finances, Dr Boubou Cissé, du président du CNPM, Mamadou Sinsy Coulibaly et des ambassadeurs accrédités au Mali.

La Rentrée économique, inscrite dans l’agenda des décideurs politiques, est le cadre privilégié où les acteurs des milieux économiques, l’espace d’une journée, mettent les questions économiques au centre des préoccupations nationales.

Sa pérennisation, a témoigné Mamadou Sinsy Coulibaly, est le fruit d’une volonté clairement affichée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta. Au nom de l’ensemble du secteur privé, il lui a adressé ses sincères remerciements pour ce geste fort à l’endroit des acteurs du monde économique.

Par ailleurs, le président du CNPM a indiqué que les propositions faites par le secteur privé lors de la première édition de la Rentrée économique, ont reçu un écho favorable de la part du gouvernement ; écho qui a permis l’obtention de résultats importants parmi lesquels l’adoption d’un décret orientant la commande publique vers les productions nationales, la réduction de la pression fiscale sur les salaires à travers la suppression de certaines taxes. Cependant, a-t-il dit, force est de constater que pour d’autres chantiers de réformes, non moins importants, les discussions s’enlisent et les avancées concrètes tardent à voir le jour.

Mamadou Sinsy Coulibaly a réitéré la nécessité de poursuivre ce vaste chantier de réformes et de renforcer le dispositif par la création d’un comité de suivi au plus haut niveau chargé d’identifier les facteurs de blocages et de faire les arbitrages nécessaires. Se penchant sur le thème, il dira que la transformation de la justice est devenue vitale. «Nous devons la reformer pour en faire le tribunal du commerce de nos besoins» a-t-il proposé.

En outre, le patron des patrons a indiqué que le CNPM situe son intervention au-delà du simple diagnostic et propose des réformes concrètes en lien avec ce thème. Et d’espérer l’adhésion des départements ministériels concernés et leur implication à faire aboutir ces réformes, qui permettront d’asseoir les bases d’un climat des affaires plus attractif pour les investisseurs étrangers et plus stimulant pour les entreprises privées.

IMPÔTS ET TAXES – Dans son allocution, la ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée du Budget, Mme Barry Aoua Sylla, soulignera l’importance que revêt le présent exercice pour le gouvernement. Elle a rappelé que le secteur privé joue un rôle important dans une nation, c’est pour cela que le gouvernement s’évertue à créer des conditions de son essor en décelant l’ensemble des contraintes à l’investissement.

Pour ce faire, il est indispensable que les partenaires entretiennent un dialogue permanent afin d’identifier les meilleures pratiques de réformes à mettre en œuvre. Et la rentrée est le lieu privilégié de ce dialogue, a indiqué la ministre déléguée. Par ailleurs, Barry Aoua Sylla a affirmé que ce dialogue revigoré à travers la Rentrée économique commence à donner ses fruits comme l’atteste l’état de mise en œuvre des réformes proposées. A ce titre, elle a tenu à rappeler que dès la tenue de la première édition, un comité mixte, composé des représentants du CNPM et des différents services techniques, a été mis en place. Ce comité continue à travailler en parfaite symbiose afin de retenir des propositions de réformes à réaliser.

Mme Barry Aoua Sylla s’est réjouie de certaines mesures phares prises suite à la tenue des éditions précédentes de la Rentrée économique, notamment la suppression de la taxe de formation professionnelle et la taxe emploi jeunes. « Cette réforme initiale sera évaluée ainsi que les conséquences financières de la suppression réclamée par le secteur privé de la contribution forfaitaire afin de procéder à l’allègement de la fiscalité liée à l’emploi» a-t-elle annoncé.

En outre, elle a indiqué que le gouvernement a procédé à l’institution d’un taux réduit de la TVA à 9% pour la production nationale industrielle. La première phase pilote avec quelques produits est en train d’être mise en œuvre cette année. Au-delà des avancées, la ministre déléguée a assuré que les dispositions sont en cours pour faire aboutir d’autres réformes, notamment la réforme de la taxe sur les activités financières. Elle a annoncé le recrutement des consultants et la signature par le Premier ministre du projet instituant le cadre institutionnel et le pilotage de la restructuration de la Caisse de dépôt et de consignation.

En prenant la parole, le président de la République a indiqué que la Rentrée économique est devenue une occasion d’échanges féconds entre le monde des affaires et le pouvoir exécutif. Ibrahim Boubacar Keïta s’est réjoui que la rencontre soit placée sous le thème : « la préservation et le renforcement de la sécurité juridique et judiciaire des affaires au Mali», car, il faut stimuler l’investissement par de bonnes décisions de justice. «Une justice indépendante et crédible, car c’est à ce prix là qu’il sera possible pour le privé national d’attirer l’investissement direct et indirect étranger », a-t-il affirmé.

«Sur le plan international,  nous avons eu le bonheur encore une fois à Abidjan, il y a juste une semaine, d’être félicité au motif que nos résultats ont été au rendez-vous de la communauté en termes de convergence. Nous avons eu ces résultats grâce à vous», a dit le chef de l’Etat à l’adresse du monde des affaires. Selon lui, les résultats macroéconomiques obtenus justifient amplement que le gouvernement intensifie ses efforts en faveur de la relance économique.

«Je suis encouragé par la grande détermination que vous montrez à jouer pleinement votre partition par le paiement régulier des impôts et taxes en contribuant à la création d’emplois pour les jeunes. Par ma voix, le gouvernement attend de vous la mise en valeur des énormes potentialités économiques dont recèle le Mali pour contribuer à la transformation structurelle de l’économie malienne en valorisant, notamment les productions agricoles», a développé le président Keïta, ajoutant que le gouvernement mettra tout en œuvre pour que notre secteur privé soit davantage performant et dynamique.
Le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta a fait observer une minute de silence à la mémoire du président tunisien Béji Caïd Essebsi, décédé hier à la suite d’un malaise.

 

Aminata D. SISSOKO

Laisser une réponse