Rentrée littéraire du Mali 2020

0
338

La Rentrée littéraire du Mali 2020 se tiendra du 18 au 23 février sur le thème : « Petites histoires et grands récits ». Partenaire de l’événement, L’Essor vous propose, chaque jour, le portrait d’un auteur invité

Biographie

Né en 1958, Bandiougou Somano est ingénieur agronome et panafricaniste convaincu. Il appartient à ceux que l’on aime appeler « la génération sacrifiée » du régime de Moussa Traoré.
M. Somano a développé pendant plusieurs années de solides capacités d’appui au monde rural en général et aux organisations paysannes en particulier.
Ses capacités professionnelles acquises reposent fondamentalement sur les références avérées qui sont : les postes occupés : Chargé de mission; Coordinateur de projets de développement; Conseiller en Agronomie; Animateur ; les formations post-universitaires reçues en Management des Projets Agricoles ; en Conception et montage de projets de développement ; en Team Building ; en Communication Interpersonnelle ; en Recherche-action (Techniques de Collecte et d’analyse de données) ; en Méthode Active de Recherche et de Planification Participatives (MARP) ; en Méthodologie de l’Animation, Approche GRAAP ; en Gestion Participative de petits projets ; en Evaluation et Auto-évaluation participatives ; en Méthodologie de l’Animation à la Base et les tâches concrètes exécutées : la pratique de l’animation à la base pendant plusieurs années ; la conduite de plusieurs études utilisant les méthodes et les techniques participatives ; l’animation en qualité de chef de mission de plusieurs ateliers locaux (niveaux cercles et région).
Doté d’une grande capacité d’adaptation, Mr SOMANO a l’expérience des longs et difficiles voyages. Il a déjà visité le Canada, la France, la Suisse, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry et la Sierra Léone. Il a sillonné la presque totalité du territoire malien.
Deux repères marquent son existence : d’une part, sa rencontre avec Nagnouma Moussa Kéita, panafricaniste pur et amoureux des belles lettres qui est la source de ses engagement et inspiration littéraires et, d’autre part, la belle et glorieuse histoire de son père et de sa mère, des modèles de sagesse africaine accomplie, références incontestées d’où il puise la quintessence de ses valeurs existentielles. SOMANO, Bandiougou, Les caprice du destin, Abidjan, Nouvelles Éditions Balafons, 2019, ISBN: 978-2-37326-193-6, pp. 112-113, 216-217

Descriptif

Les faits relatés dans cet ouvrage sont réels, des histoires vraies qui ont marqué, influencé la personnalité de l’auteur et qui lui servent de source d’inspiration. À travers le personnage de Kéfa, il rappelle sa tendre enfance, l’environnement social et physique de cette période de son existence. Il narre les évènements qui ont encadré la cérémonie du passage du personnage principal sous le fer du forgeron Fasiriman, la fameuse cérémonie de circoncision. Il traite surtout de la problématique de la scolarisation en ce qu’elle a fait couler beaucoup de salive dans sa famille. L’on retiendra principalement dans cet ouvrage que le destin ne se dessine pas en ligne droite, mais en labyrinthe.

 

Extrait

Admettons-le, les mots ne sont jamais innocents. La parole est sacrée, ce qu’on traduit chez nous par cette expression: «Kuma yé niama yé, kuma baliya fana yé niama yé = La parole est maléfique, le silence aussi!» Il y a un dilemme, c’est pourquoi on dit : « Fèn bè b’a dén wolo, Kuma b’a ba wolo! = Si l’être est engendré par sa mère, la parole elle engendre sa mère!» Qui donc est la mère de la parole ? En fait, la parole n’a pas de mère. C’est une expression imagée pour désigner en même temps, le locuteur, l’essence et la complexité de la parole et signifier toute la difficulté qu’il y a à manipuler la parole. Celui qui doit parler est averti et invité à la prudence à travers cette expression : « L’homme vieillit, mais les mots qu’il lâche ne vieillissent jamais ! »
La sagesse africaine nous interdit de parler au hasard. Chaque mot réserve un trésor qu’il n’est pas donné à tout le monde de découvrir. Comme le dit si bien Dr Mamadou Fanta Simaga, je cite: «La parole est comme un fruit dont la peau est le bavardage amical ou fraternel; la chair, le dialogue fécondant et le noyau, le bon sens ». Un mot peut être interprété de plusieurs manières dépendamment du ton et du contexte de son utilisation. La signification d’un mot peut être fortement influencée par l’affection de celui qui l’emploie et la sensibilité de celui qui le reçoit. Là réside toute la complexité de la manipulation de la parole : « C’est moins ce que vous dites que la manière de le dire ! » Si vous vous adressez par exemple à quelqu’un en lui demandant : «Votre père est-il là-bas?», il vous répondra convenable- ment; mais si vous lui demandez: «Le mari de votre mère est-il là-bas?», il sera offusqué et il risquera soit de mal vous répondre, soit de garder le silence. Pourtant, les deux expressions ont le même sens. Oui, elles ont le même sens mais les mots utilisés ne sont pas les mêmes. Nous voyons ici toute l’importance du choix des mots dans l’expression.
SOMANO, Bandiougou, Les caprice du destin, Abidjan,
Nouvelles Éditions Balafons, 2019,
ISBN: 978-2-37326-193-6, pp. 13-14

Laisser une réponse