Rentrée littéraire du Mali 2020

0
125

La Rentrée littéraire du Mali 2020 se tiendra du 18 au 23 février sur le thème : « Petites histoires et grands récits ». Partenaire de l’événement, L’Essor vous propose, chaque jour, le portrait d’un auteur invité

Biographie

N’diaye Bah est né le 15 août 1952 à Kayes, diplômé en Études supérieures en Finances Comptabilité Paris Sorbonne, il a été ministre de l’Artisanat et du tourisme du Mali de 2001 à 2011. N’diaye Bah est l’auteur des romans La Saga des rois maudits ou le Cimetière des illusions 2016, Les Mausolées de Sang, 2017 et La Ronde des Crocodiles 2019.

Présentation de l’oeuve : La ronde des Crocodiles

Le titre du roman : « La Ronde des Crocodiles » est une parabole en rapport à la corruption qui gangrène malheureusement toutes les sociétés du monde riches et pauvres, c’est la maladie du siècle.
Dans notre société, le crocodile concentre en lui des symboliques.
La rapacité, la trahison, l’animal attaque toujours sa proie dans le dos, suce son sang dans une violence inouïe et disparaît après son forfait dans les ondes profondes à l’abri des regards indiscrets.
Quant à la ronde, elle a une connotation festive, le pillage complice en bandes organisées, l’étalage indécent des biens mal acquis dans une société écrasée par la misère.Tout comme les corrupteurs et les corrompus, le crocodile à la dent dure, impitoyable et âpre au gain, l’animal a également la vie longue, ce qui signifie que la lutte contre la corruption est une œuvre de longue haleine.
Enfin le crocodile est un animal narcissique doublé d’hypocrite ne dit-on pas que : “deux crocodiles ne peuvent cohabiter dans un même bassin » et pour couronner le tout « il verse les larmes de crocodile »

 

Extrait

« Regarde cette nouvelle race d’hommes sortis des entrailles d’une société gangrénée par la vermine de la corruption, elle ressemble à des sauriens à l’étroit dans leur bassin, avides d’espace vital, de pouvoir, et d’argent sale.
Ils veulent tout pour eux et rien pour les autres, c’est la ronde des crocodiles »

Laisser une réponse