Rentrée scolaire 2019-2020: Sous le signe du retour des fondamentaux de l’école

0
267

                                               Les mômes ont répondu massivement à la reprise des cours
Le ministère de l’Education nationale se
propose d’anticiper sur les problèmes et
surtout d’innover avec de nouvelles stratégies de motivation des pédagogues comme les hommages aux meilleurs enseignants, l’instauration du grand prix de la lecture

C’est parti, depuis hier, pour l’année scolaire 2019-2020. Ils sont cette année près de 4 millions d’élèves de l’enseignement fondamental à reprendre le chemin de l’école. Parmi eux, plus de 2 millions d’enfants sont en âge d’être inscrits en 1ère année. Ces élèves seront repartis entre 19.082 écoles fondamentales. Au total 249.467 lycéens reprendront les cours. Parmi eux, 72.800 élèves doivent être orientés en 10è année.
Le ministre de l’Education nationale, Dr Témoré Tioulenta, s’est rendu tôt le matin hier au Groupe scolaire « Dianguina Coulibaly » C de Lafiabougou pour constater l’effectivité de la reprise des cours. C’est à 7h 30mn qu’il a donné le coup d’envoi des cours dans une classe de 6è année avant d’assister à une leçon modèle sur la « culture de paix », animée par Aboubacar Victor Zounon, enseignant du fondamental.
Le Groupe scolaire « Dianguina Coulibaly » C compte 315 élèves dont 173 filles. Le ministre de l’Education nationale a déclaré que la rentrée des classes est placée, cette année, sous le signe du « Retour des fondamentaux de l’école ».

Le processus de rédemption de l’école, l’ordre, la discipline, l’éthique, la déontologie et le mérite sont des fondamentaux de l’école, a précisé Dr Témoré Tioulenta qui a rappelé les perturbations qu’a connues l’école l’année dernière du fait de la grève des enseignants. « Cela a occasionné la perturbation des cours dans les écoles publiques. Avec le concours des acteurs de l’école et des partenaires techniques et financiers (PTF), 75% des programmes scolaires ont été exécutés. C’est ainsi que l’année scolaire s’est achevée par la tenue des examens scolaires de fin d’année », a souligné le premier responsable du département de l’Education nationale. Afin de sauver l’année scolaire, le ministère en charge de l’Education a mis en place une commission de suivi de la mise en œuvre du procès-verbal de conciliation signé entre le gouvernement et les syndicats d’enseignants, la prorogation de l’année scolaire jusqu’au 31 juillet 2019. A ces mesures, s’ajoutent l’augmentation du volume horaire, la création d’un cadre de concertation et la sollicitation de l’appui des PTF pour permettre à 4 332 candidats déplacés de composer aux différents examens scolaires.

C’est pourquoi les résultats du diplôme d’études fondamentales (DEF 2019) ont donné un taux national d’admission de 52,48%. Pour les filles, le taux de réussite est de 51,17% contre 53,64 pour les garçons. Le baccalauréat a donné un taux national de réussite de 25,12%, dont 24,21% pour les filles et 25,71% pour les garçons. Le taux national d’admission au Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) est de 47,25%, celui du Brevet de techniciens 1 (BT1) est de 30,44%. Pour le BT2, le taux est chiffré à 71,21%. Quant aux taux nationaux de réussite aux examens de fin de cycle des écoles de formation en santé, ils sont de 61,68% pour la SMI (Santé maternelle et infantile) 67,49% pour la SP (Santé publique) et 94,85% pour la filière TLP (Technicien laboratoire pharmacie). Certes l’année scolaire 2018-2019 a pu être sauvée, mais cela ne suffit pas parce qu’il s’agit maintenant de sauver l’école malienne, a estimé le ministre Tioulenta qui a ajouté que des efforts supplémentaires doivent accomplis. Le ministère de l’Education nationale se propose, cette année, d’anticiper sur les problèmes et d’innover dans le dialogue avec les enseignants, leur sécurisation, l’identification de tous les enseignants déplacés, la mutation des enseignants tous les 5 ans, leur mobilité, les hommages aux meilleurs enseignants et ceux retraités, la célébration de la Journée de l’enseignant.

Le ministre Tioulenta a ajouté que la restauration des fondamentaux de l’école, l’institutionnalisation du grand prix de la lecture, acceptée par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, la révision des programmes de l’anglais, de l’informatique, l’orientation des élèves détenteurs du DEF 2019 dès le 15 octobre seront aussi des innovations majeures. Il a aussi rappelé que sur les 9 points de revendications consignées dans un procès-verbal de conciliation en mai dernier entre le gouvernement et les syndicats de la Synergie, 6 ont été satisfaits. Les autres sont en train d’être examinés.
Le ministre Tioulenta a reconnu que plus de 800 écoles sont fermées dans notre pays sur lesquelles 364 écoles susceptibles d’être rouvertes. Ce qui permettra à 40.345 élèves de retrouver le chemin des classes.
Pour donner un éclat particulier à la rentrée scolaire 2019-2020, Dr Témoré Tioulenta a rencontré la veille enseignants, partenaires de l’école et parents d’élèves conformément au cadre national permanent de concertation. Cette rencontre avait pour but d’identifier les problèmes majeurs, de prévenir les crises scolaires, de proposer des solutions aux problèmes soulevés. Elle visait aussi à suivre la mise en œuvre des solutions préconisées, des engagements pris et d’assurer le suivi, l’évaluation des accords entre le gouvernement et les partenaires sociaux de l’école.
Le cadre national permanent de concertation a également pour but de contribuer au développement de la confiance mutuelle entre le département de l’Education nationale et les partenaires, de promouvoir un partenariat de solidarité face aux défis de l’école malienne.

Sidi Y. WAGUÉ

Laisser une réponse