Réussite du recensement général : L’IMPLICATION NÉCESSAIRE DE LA PRESSE

0
902

Le 5è Recensement général de la population et de l’habitat a été lancé en mai dernier


L’Institut national de la statistique (INSTAT) a organisé, jeudi dernier, à la Maison de la presse, une journée d’information au profit des médias sur le 5è Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH 5). La rencontre avec la presse a été présidée par son directeur général, Dr Arouna Sougané. C’était en présence du directeur technique adjoint du RGPH 5, Siaka Cissé, du conseiller technique principal du RGPH 5, Jean Wakam et du chef de la section cartographie à l’INSTAT, Abdoul Karim Diawara.
L’initiative visait globalement à informer et sensibiliser les professionnels des médias sur les objectifs, la méthodologie, les enjeux et l’état d’avancement de cette opération. Spécifiquement, il s’agissait, pour les organisateurs, d’obtenir l’adhésion des spécialistes de l’information pour la mobilisation sociale, afin de garantir une réussite totale au RGPH5. Pour ce faire, les initiateurs comptent sur la mise en place d’un cadre de partenariat entre l’INSTAT et la presse.
Car, ils se disent convaincus que de la collaboration et de la compréhension du contenu de cette activité par les journalistes dépendra la réussite d’une bonne mobilisation sociale autour du RGPH. Pour cela, ils doivent disposer de la bonne information qui leur permettra de jouer pleinement leur partition dans la diffusion de l’information vraie sur le RGPH5. A cet effet, le Bureau central de recensement (BCR) de l’INSTAT s’appuiera, a promis Dr Arouna Sougané, sur l’assistance technique de la Maison de la presse.
Par ailleurs, faisant la genèse de cette activité de dénombrement, le directeur général de l’INSTAT a fait savoir que le Recensement général de la population et de l’habitat est réalisé tous les dix ans au Mali. La cinquième édition, qui est en cours de réalisation, a été lancée en mai dernier à Bamako et couvrira progressivement toutes les localités du pays, a précisé Dr Sougané. En la matière, notre pays n’a connu que quatre recensements généraux, à savoir ceux de 1976, de 1987, de 1998 et de 2009, a-t-il précisé.
L’objectif visé par nos autorités, en initiant le RGPH, est d’une part l’amélioration de la connaissance de la situation démographique, sociale et économique du Mali. D’autre part, l’opération permet aussi à notre pays de se doter d’une meilleure base de données pertinente sur les variables démographiques, pouvant être exploitées par les programmes et stratégies de développement, a explique le directeur technique adjoint du RGPH5, dans son allocution d’ouverture. C’est pourquoi il est d’une importance capitale pour la formulation, le suivi et l’évaluation des politiques publiques au profit des acteurs du développement : autorités publiques, secteur privé et partenaires techniques et financiers. Siaka Cissé de préciser que le Mali fait partie des rares pays d’Afrique à avoir institutionnalisé ce type de recensement. Pour appuyer ses propos, il a cité la loi n° 98-020 du 09 mars 1998, qui a institué le Recensement général de la population et de l’habitat de 2009.
Aminata DIAKITÉ

Laisser une réponse