Réveillon à Bamako : Dans le calme et la simplicité

0
328

Ici les enfants manifestent leur joie sur la place du Cinquantenaire

Nuit de réveillon de la Saint Sylvestre. Les grandes avenues de la capitale étaient particulièrement bien éclairées et ornées de guirlandes par les soins d’experts de la décoration. Bamako, la Coquette semblait retrouver, en tout cas le temps d’une nuit, son lustre d’antan. Tout le monde était à la fête, et chacun avait sa façon de le faire. Les ronds-points étaient pris d’assaut par des amoureux et des familles pour se photographier pour la prospérité. Les adeptes de selfies étaient aussi au rendez-vous. La célébration du nouvel an semble être un thème anxiogène pour une catégorie dont elle heurte l’esprit. Mais bon, le pays reste laïc !
Les Bamakois ont donc respecté la tradition pour accueillir la nouvelle année. Le vrombissement des moteurs était entrecoupé de crépitements de pétards audibles à plusieurs dizaines de mètres. Tout laissait comprendre aisément que les populations de la Cité des Trois Caïmans étaient à la fête. Night-clubs et autres espaces de divertissement, revêtus de leurs plus beaux atours, affichaient complet. Ces lieux de réjouissance populaire scintillaient de jet de lumière comme pour attirer davantage les noceurs.
Aux environs de 22 heures, le monument de l’Indépendance grouillait de monde, notamment de jeunes fêtards visiblement heureux de fêter la nouvelle année. Le même constat était fait au monument Nkwamé Krumah et celui de «La Paix». A ces différents endroits de la capitale, la foule de fêtards grossissait au fur et à mesure que la nuit avançait. Les jeunes fêtards s’adonnaient à des séances de selfies avec leurs téléphones portables dans une ambiance de kermesse.

Les bars-restaurants recevaient de la « clientèle mobile », c’est-à-dire ceux qui venaient acheter des boissons pour retourner à la maison consommer. Et, dans la plupart des cas, nombre de ces clients revenaient plus tard pour reprendre place au bar-restaurant pour consommer sur place jusque parfois à 6 heures du matin.
Visiblement patient, ce gérant ayant requis l’anonymat, était assis entre deux conteneurs transformés en débit de boissons. Apparemment gai, le trentenaire attendait que la nuit avance pour écouler le contenu de ses deux frigos remplis de breuvages alcoolisés et de sucreries. «Ne vous en faites pas. Je suis sûr que nous allons écouler le contenu de ces réfrigérateurs d’ici 5 heures du matin», expliquait-il à qui voulait l’entendre avec assurance. Sur ces entrefaites, ces clients venaient s’approvisionner pour disparaitre avec leurs « marchandises ».
«Au complexe Byblos», un calme inhabituel régnait vers 23 heures. Quelques rares bons vivants étaient là, qui pour acheter à manger, qui pour se procurer des boissons.
Au «Cabaret le Goût» dans un quartier de la Commune VI sur la rive droite, l’atmosphère semblait traduire une conjoncture qui pressure les portefeuilles. Le gérant intérimaire de cet espace de divertissement, Hamidou Diarra, ne désespérait pas. Lui aussi pensait qu’il allait écouler tout son stock avant 5 heures du matin. Mais il s’empressait de tempérer en évoquant la conjoncture.

«A pareille heure l’année dernière, nous avions déjà écoulé plusieurs caisses de boissons». Le quadragénaire mettait cela au compte de la conjoncture économique difficile que traverse le pays. Une situation qui, s’il faut le croire, est consécutive à la crise socio-politique qui résulte des turbulences que notre pays a enregistrées depuis 2012 dans le Septentrion.
Ceux qui avaient d’éventuelles appréhensions sur des bouchons, ont eu tort de rester à la maison. La circulation était très fluide par endroits, notamment sur le Pont Fahd entre 21 heures et 23 heures. Il y avait moins de forte concentration de véhicules parce que dans ces terribles bouchons, les usagers peuvent mettre une ou deux heures pour aller d’une rive à l’autre.
Ils étaient aussi nombreux les habitants de la capitale à passer le réveillon en famille ou entre amis. Tous ont réveillonné dans la bonne humeur et dans la joie. Au regard des constats empiriques et de la bonne atmosphère qui existait, on peut prendre le risque de confirmer que le réveillon s’est bien passé même si certains se plaignaient de la conjoncture.

Mohamed TRAORÉ

Laisser une réponse