Rien que des candidats probes ?

0
188

Les candidats indépendants ou ceux désignés par les partis politiques défendront, au cours de la campagne électorale prochaine, des projets de société ficelés autour des préoccupations de l’électorat. Bientôt, ces nouveaux députés occuperont la Salle «Aoua Keïta» de l’Assemblée nationale du Mali. La classe politique de cette année 2020 aura démontré son haut niveau de patriotisme en nous gratifiant d’un scrutin sans grabuge, sincère, libre, transparent.
La compétition sera belle. Les nouveaux élus, tous probes nous l’espérons, honoreront leur mandat à la satisfaction des électeurs. Dans le cas contraire, ils seront harcelés par les interpellations de leur base électorale. Si jamais, ils sont incapables de justifier leur impéritie, qu’ils ne se transforment pas en piteux et faux professeurs de sciences politiques. Qu’ils ne balancent pas à la face de leurs tourmenteurs la vieille boutade qui, quotidiennement, fait le tour des causeries politiques à travers le monde : «Vous savez, seuls les imbéciles croient aux promesses électorales».
Le Mali, selon certains observateurs de la vie politique, serait à la veille d’une accélération de son Histoire. Les prochaines élections législatives et régionales seront des coups de maître dans la mobilisation sociale pour avérer les résolutions du récent Dialogue national inclusif (D.N.I). Le patriotisme de nous tous est soumis à rude épreuve. Le programme politique concocté dans la vision du président de la République, chef de l’État, Ibrahim Boubacar Keïta, se déroulera sans discorde. Les nouveaux députés de la République y veilleront.
Pour le salut du Mali, la nouvelle Assemblée nationale sera le fer de lance de toutes les batailles. Pour détruire les hordes terroristes. Pour éradiquer la corruption et la délinquance financière. Pour que «l’École retourne définitivement à l’École» dans un climat studieux. Tous les jours, ils se poseront la question suivante. Tous les jours, ils tireront leur inspiration des réponses de deux députés français de formation politique différente.
Question : «Comment réhabiliter le politique, revaloriser l’action publique et moraliser notre vie en société ?»
Réponse du député de centre droit : «La morale en politique, c’est essentiellement accorder ses paroles et ses actes. Dans une société de transparence, l’exemplarité des hommes et des femmes politiques sera de plus en plus vérifiée par les citoyens. Le double langage et le mensonge seront donc de plus en plus rapidement sanctionnés. Nous devons vivre en accord avec nos principes et non avec l’air du temps».
Réponse de la députée socialiste : «La morale en politique doit concerner tous les comportements, dans tous les secteurs, par rapport à l’argent public, par rapport à la fonction, par rapport au respect des autres dans la vie de tous les jours… Quand on vote une mesure, il s’agit de servir des intérêts publics et non des intérêts privés !»
(La Croix, 10 juin 2011).
Le culte de la vérité et la répulsion du mensonge seront les aiguillons des nouveaux députés de la République du Mali de 2020 à 2025. Les jeux de dupes et la politique politicienne seront bannis à jamais à l’Assemblée nationale malienne.

Sékou Oumar DOUMBIA

Laisser une réponse