Rites hajj : De l’initiative méritoire d’une épouse exemplaire

0
259

C’était à une époque où la dernière religion révélée n’avait pas encore acquis droit de cité partout sur la terre qui l’avait vue éclore. Le Messager (PSL) résidant alors à Médine, devait composer avec les tribus païennes dont l’autorité s’exerçait sur La Mecque, afin d’accéder aux Lieux saints en vue d’y accomplir certains de ses devoirs religieux. Tel fut le cas, lorsqu’il voulut accomplir pour la première fois l’Umra, le pèlerinage mineur. Entouré de ses proches Compagnons, et suivi d’un millier d’hommes sans armes, portant le vêtement des pèlerins guidant un troupeau d’une centaine de têtes de bétail pour le sacrifice rituel, le Prophète quitta Médine et prit la direction de La Mecque. Cependant la caravane n’atteindra jamais cette destination. A une dizaine de kilomètres de La Mecque, au lieu-dit al-Hudaybiyah, le Prophète fut informé que les polythéistes qui tenaient La Mecque sont déterminés à le combattre et qu’ils ne le laisseraient pas entrer dans la ville sacrée pour faire le pèlerinage.

Le Prophète leur enverra un de ses plus proches compagnons qui avait de puissantes relations parmi eux, pour leur signifier que les musulmans n’ont pas d’intentions guerrières, et qu’ils respectent les mois sacrés, notamment celui auquel se déroulaient ces événements.

Aux termes de difficiles pourparlers, un traité proposant de reporter son pèlerinage à l’année suivante sera accepté par le Prophète, favorable à la paix, malgré des oppositions dans son entourage, vu les clauses défavorables qui leur avaient été imposées. Il leur fit comprendre que telle était la volonté de Dieu. Les oulémas font référence en cela à des Révélations dont les délais d’accomplissement demeuraient mystérieux, présageant l’accomplissement de pèlerinages futurs dans des conditions normales : « Allah a été véridique en la vision par laquelle Il annonça à Son Messager en toute vérité : vous entrerez dans la Mosquée Sacrée si Allah veut, en toute sécurité, ayant rasé vos têtes ou coupé vos cheveux, sans aucune crainte. Il savait donc ce que vous ne saviez pas. Il a placé en deçà de cela (la trêve de Hudaybiya) une victoire proche. » (48:27)

A la conclusion du traité qui portera la dénomination de ce lieu-dit, le Prophète dit à ses compagnons : ‘Levez-vous et égorgez vos animaux de sacrifice’. Selon les Traditionnistes, aucun d’entre eux n’a bougé, bien qu’il leur ait répété l’ordre par trois fois. Profondément préoccupé par cette attitude, le Messager rejoignit son épouse Oum Salamah qui était de l’expédition pour l’informer de la réaction des gens. – ‘Ô Prophète d’Allah, est-ce que ça te plait ?’ demanda-t-elle. Elle lui suggéra alors : ‘Sors et ne dis rien à personne avant d’égorger ton chameau de sacrifice devant eux et d’inviter ton coiffeur à venir te raser la tête.» Quand le Guide de l’islam procéda ainsi, tous se levèrent et égorgèrent leurs bêtes de sacrifice et mirent fin à leur état de sacralisation.

Les oulémas rappellent ainsi que la conduite des musulmans se doit d’être en conformité avec les prescriptions du Saint Coran : « Dis : [O Muhammad], “Si vous aimez vraiment Allah, suivez-moi, Allah vous aimera alors et vous pardonnera vos péchés. Allah est Pardonneur et Miséricordieux. Dis : “Obéissez à Allah et au Messager. Et si vous tournez le dos… alors Allah n’aime pas les infidèles ! » (3:31)

Abdoul Kadri Cissé
L’ESSOR

Laisser une réponse