Mali: Salif Sanogo, directeur général de l’ORTM : «Ces moments ont été très difficiles»

0
626

Plusieurs voitures calcinées dans la cour de l’ORTM

Les agents de Bozola ont souffert le martyre vendredi dernier quand des milliers de manifestants ont envahi leur lieu de travail à l’appel des leaders du M5-RFP. Le directeur général relate le déroulement des événements à la fois rocambolesques et dramatiques

«Ces moments ont été très difficiles. Parce que quand la foule est venue, d’un coup, on s’est rendu compte que la cour a été envahie par 2.000 voire 3.000 personnes. En tout cas, il y avait beaucoup de monde. Donc, ils sont venus, ils ont occupé la cour et l’arrière-cour. Ils ont demandé d’abord qu’on leur donne un haut-parleur pour qu’ils puissent parler à leurs militants pour les calmer. On l’a fait.

Ils ont demandé ensuite qu’on puisse jouer la musique de Bazoumana Sissoko sur les antennes. On a dit ok, parce que quand tu es face à une foule, tu ne sais pas ce qui peut se passer.

Mais entre-temps, pendant que tout cela se faisait, certains sont passés dans les bureaux ; ils ont occupé tous les locaux de la radio, les locaux de la direction de la télé, les locaux du service marketing et certains se sont mis à dérober du matériel.
Ils ont enlevé beaucoup d’objets et du matériel de travail. Ils ont attaqué par derrière ORTM 2. C’est là qu’ils ont brûlé au moins six véhicules, saccagé au moins cinq autres véhicules en brisant leurs vitres et en emportant tous les objets qui se trouvaient à l’intérieur. Des motos ont aussi disparu.

Mais, ce qui nous a fait le plus mal, c’est qu’ils ont attaqué un des locaux techniques de la Télé où on avait nos serveurs qui conservaient la mémoire du journal télévisé et des archives qu’on avait numérisées.

Ces serveurs nous ont coûté des dizaines de millions de Fcfa. C’est surtout la valeur inestimable des images qui se trouvent dedans. Ils ont cassé la fenêtre de ces locaux, et ils ont tout emporté. Les dégâts sont considérables, on ne sait pas comment on va faire pour retrouver ces images. Mais, cela va être une perte cruelle pour le Mali et pour l’ORTM.

Au niveau du bloc de la direction de la télévision, ils ont saccagé en défonçant les portes du bureau du directeur de la télé et du rédacteur en chef. C’est dans le bureau du directeur de l’information que huit agents, dont le rédacteur en chef adjoint, se sont réfugiés pour se mettre en sécurité. Parce que les autres bureaux étaient déjà occupés par les manifestants.

Au niveau de la radio, ils avaient occupé tous les locaux, en allant jusqu’au studio du 22 septembre. Ils disaient qu’ils avaient un message à faire diffuser, mais malheureusement avec les dégâts qu’ils ont causés, il n’y avait plus de signal. Au niveau du bloc principal de la direction générale, ils n’ont pas pu entrer, parce que la porte était inaccessible et des responsables du mouvement ont tout fait pour dissuader ceux qui voulaient forcer l’entrée. Mais, toute la devanture de ORTM2 a été saccagée plus le bureau des concepteurs de générique qui se trouve au niveau de la télé, même les chaises n’ont pas été épargnées.

Beaucoup de personnes ont été blessées, parce que je ne sais pas ce que certains avaient, mais ils venaient briser des vitres avec leurs mains. Une main nue qui brise une vitre se blesse forcément. On a même vu quelqu’un casser une vitre avec son pied, et il s’est gravement blessé au mollet. Et, c’est ce sang qu’on voyait dans les couloirs de l’administration. Certains se sont battus également à cause des objets volés, des ordinateurs portables et autres».

Propos recueillis par
Massa SIDIBÉ

Laisser une réponse