Sangaré Aminata Kéïta, une vie dédiée au sport

0
333

La présidente de la Fédération malienne d’athlétisme (FMA), Sangaré Aminata Keïta a occupé plusieurs postes de responsabilité, avant de prendre la tête de l’athlétisme national. Formatrice au projet d’appui à la jeunesse malienne par la pratique du sport elle a été, successivement directrice du Lycée sportif Ben Oumar Sy de Kabala, chargée du sport universitaire et scolaire, puis chef de section documentation et information à la Direction nationale du sport et de l’éducation physique (DNSEP), directrice nationale adjointe de la jeunesse et des sports, chargée de cours à l’Institut national des Sports (INS), directrice de l’INS et de directrice du centre d’entrainement pour sportifs  d’élite Ousmane Traoré dit Ousmane Bléni de Kabala.

Présidente du Club d’athlétisme «Association sportive Ami Keïta», Sangaré Aminata Keïta occupe également le poste de vice-présidente du Comité national olympique et sportif (CNOS Mali) et a le statut de directrice de cours du Mouvement olympique national.

Ses qualités et ses compétences lui ont valu d’être nommée membre de la commission féminine de la Confédération africaine d’athlétisme, membre de la commission femme et sports de l’Association des comités nationaux olympiques d’Afrique (ACNOA), responsable de la Zone II et chargée de l’Audit de la Région DII de la Confédération Africaine d’Athlétisme. Comment l’actuelle présidente de la FMA est entrée à l’INS ? «J’ai été la première à entrer à l’Institut national des sports qui avait une section éducation physique et sportive.

à l’époque, on n’admettait pas la présence des femmes à l’école. J’ai dû demander qu’on fasse une dérogation spéciale pour que je puisse y entrer. à ma sortie, j’ai travaillé à la Direction nationale des sports et de l’éducation physique en tant que maîtresse d’EPS», répond Sangaré Aminata Keïta.

«Je suis professeur d’éducation physique sportive. C’est en 1972 que j’ai commencé l’athlétisme et très rapidement j’ai été successivement championne du Mali et recordwoman des 100 et 200m, du saut en longueur et du javelot», indique la première responsable de la FMA.

En 1986 Sangaré Aminata Keïta a sollicité et obtenu une bourse pour faire son Professorat d’éducation physique au Cameroun.
à l’époque, se souvient la dirigeante sportive, elle était la seule femme à faire des études à ce niveau, c’est à dire de jeunesse et de sport confondus. Après son retour du Cameroun, Sangaré est retournée à la Fédération malienne d’athlétisme qu’elle n’a plus quittée.
Mariée et mère de 3 enfants, Sangaré Aminata Keïta a été décorée de la médaille du Mérite national avec Effigie Abeille en 1993.

Seïbou S. KAMISSOKO

Laisser une réponse