Secteur du numérique : Le ministre Touré au contact des acteurs de l’écosystème

0
182

Dr Hamadoun Touré a promis de s’investir pour la mise en place d’un Conseil national du numérique

L’écosystème du numérique comprend plusieurs acteurs notamment l’administration, les sociétés privées, les start-ups et la société civile. Ils doivent tous contribuer au même niveau pour que l’écosystème évolue favorablement. C’est pourquoi, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, Dr Hamadoun Touré a jugé nécessaire de rencontrer ces acteurs des Technologies de l’information et de la communication (TIC). C’était, hier, dans la salle de conférence de son département.

Au cours de cette rencontre, les acteurs de l’écosystème du numérique, ont fait part au ministre de la Communication et de l’Économie numérique les préoccupations auxquelles ils sont confrontés. Il s’agit, entre autres, de la cherté du coût d’accès à l’Internet, de la difficulté de financement des start-up, de la formation et de la nécessité de mettre en place un Conseil national du numérique ainsi que le cadre juridique.

À l’issue de cette rencontre, le ministre de la Communication et de l’Économie numérique, en réponse à ces différentes préoccupations, a jugé qu’il était indispensable de trouver une solution aux besoins en formation, ainsi qu’à la nécessité de créer un cadre juridique adéquat.

«Nous avons convenu avec eux que nous allons mettre en place un Conseil national du numérique. J’aimerais faire avancer ce dossier au niveau du gouvernement», a déclaré Dr Hamadoun Touré. Et de souligner qu’il est important que «nous ayons ce canal de travail ensemble afin que nous puissions atteindre nos objectifs».

Il ajoutera qu’il y a eu beaucoup de choses qui ont été déjà mises en place par les administrations précédentes. «Avec ces associations, nous allons continuer à appuyer et donner l’impulsion nécessaire parce que j’ai placé la barre très haut en mettant comme eux l’objectif d’avoir le Mali parmi les 10 premiers en terme d’économie numérique pendant ces 18 mois de transition. C’est un défi que je leur ai lancé et je suis sûr qu’ils vont être à la hauteur parce que je connais leurs capacités», a-t-il affirmé.

Le président de l’Association des entreprises informatiques, Mohamed Diawara, s’est réjoui de cette prise de contact du ministre avec le secteur privé et la société civile. «Nous avons mis un accent particulier sur le cadre de rencontre qu’il faut avoir avec l’ensemble des acteurs qui constituent l’écosystème d’où la nécessité d’aller vers la création d’un Conseil national du numérique comme dans beaucoup d’autres pays.

Ce sera une structure consultative et un organe de mobilisation de l’ensemble des acteurs autour d’une initiative commune pour suivre les actions gouvernementales», a-t-il expliqué, ajoutant qu’ils ont souhaité une forte implication du secteur privé pour financer les start-ups afin que les entreprises puissent être un acteur de financement des infrastructures. Car, a-t-il justifié, l’État seul ne peut pas tout financer.

Amadou GUÉGUÉRÉ

Laisser une réponse