Sécurisation et valorisation des espaces publics du District de Bamako : UN PROJET PILOTE BIEN À PROPOS

0
1511

Le ministre Mohamed Moustapha Sidibé


Le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme a procédé, jeudi dernier, sur le «terrain Bélier» de Lafiabougou, en commune IV, au lancement officiel des activités du projet pilote de sécurisation et de valorisation des espaces publics du District de Bamako. La cérémonie était présidée par le ministre Mohamed Moustapha Sidibé, en présence des maires des communes IV et V, respectivement Adama Bereté et Amadou Ouattara. Il y avait également la chargée des questions environnementales et investissements urbains, Mme Thiam Binta N’Diaye et plusieurs invités.
Pour le maire de la commune IV, le lancement du projet pilote de sécurisation des espaces publics dans le District est un ouf de soulagement pour les collectivités bénéficiaires. Car, a-t-il ajouté, désormais ces espaces seront à l’abri de toutes les spéculations foncières et les conflits entre spéculateurs et riverains. « Les travaux qui seront réalisés viendront embellir notre capitale et en particulier la commune IV», s’est réjoui Adama Bereté. Il n’a pas manqué de saluer les efforts consentis par le département de l’Habitat et de l’Urbanisme qui, conformément aux orientations du président de la République, ne cesse de travailler à l’amélioration du cadre de vie de la population.
Selon Mme Thiam Binta N’Diaye, ce projet a été initié pour préserver, embellir et sécuriser des espaces publics. D’un montant global de plus de 166 millions F CFA, financés par la Banque mondiale à travers le Projet d’appui aux communes urbaines du Mali (PACUM), il sera exécuté sur une période de six mois. Pour sa part, le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a rappelé que le gouvernement a adopté en février 2014 la politique nationale de la ville (PONAV), devant permettre d’aborder un tournant décisif dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations et d’assurer un développement durable des centres urbains. « Nos villes sont confrontées à de nombreux défis en matière de développement urbain, parmi lesquels l’offre de services urbains efficaces aux citadins», a expliqué Mohamed Moustapha Sidibé. Et de poursuivre que ces services sont offerts à travers des espaces qui leur sont destinés dans différents plans de lotissement public ou privé. L’exécution desdits plans de lotissement, pourtant approuvés ne se fait pas de façon satisfaisante, a-t-il déploré.
En effet, selon le ministre Sidibé, plusieurs espaces publics sont détournés de leur vocation au profit d’usages privés. Pour lui, il est inquiétant de constater que l’atout énorme qui constitue les espaces publics maliens est mal connu, souvent exploité sans prendre en compte les intérêts des populations urbaines, des collectivités et de l’Etat. Le ministre a également souligné que l’analyse du bilan d’application des textes en vigueur en matière de planification urbaine et de la pratique urbanistique a permis de relever un ensemble de difficultés et d’insuffisances auxquelles il faut pallier. Il a cité notamment des faibles taux de réalisation des équipements programmés dans le document d’urbanisme, la prise en compte insuffisante des aspects environnementaux, la consommation des espaces au détriment du patrimoine naturel.
Mohamed Moustapha Sidibé a annoncé que son département, avec l’appui de la Banque mondiale, a initié une étude sur le «recensement, la conservation et la valorisation des espaces publics et l’évaluation de l’offre de services urbains de base ». Ladite étude actualisera celle effectuée par la Direction régionale de l’habitat et de l’urbanisme du District de Bamako en 2012. Cette étude a identifié, cartographié et documenté 1600 espaces, concomitamment avec des actions de sécurisation et de sauvegarde des espaces publics dans le District.
Ramata DOUMBIA

Laisser une réponse