Ségou : Forte participation des forces vives

0
123

Les participants ont souhaité une relecture de l’Accord pour la paix et la réconciliation

C’est dans une atmosphère empreinte de convivialité, que s’est tenu samedi, au gouvernorat de Ségou, l’atelier de validation des termes de référence de la concertation nationale sur la gestion de la transition. La rencontre, présidée par le directeur de cabinet du gouverneur de la région de Ségou, Siné Dembélé, a enregistré la présence du président du Conseil régional, Siaka Dembélé, du maire de la Commune urbaine de Ségou, Nouhoum Diarra et les forces vives de la Cité des Balanzans.

Cette rencontre, soulignera le directeur de cabinet du gouverneur, est non seulement une occasion pour les populations de la 4è région administrative de valider les termes de référence qui vont poser les jalons de la concertation nationale, mais aussi un cadre de réflexion sur la feuille de route de la transition, son architecture, ses organes et enfin sa charte. Deux groupes ont été constitués pour le bon déroulement des travaux.

Les débats ont été houleux, mais ils se sont déroulés dans la plus grande courtoisie. à 16h, les deux groupes étaient de nouveau réunis pour la synthèse des travaux. Sur le projet de feuille de route de la transition, les participants ont préconisé la révision de la Constitution et de la loi électorale conformément à nos valeurs sociétales, l’organisation des élections générales communales transparentes et crédibles.

Ils ont également préconisé la relecture de l’Accord d’Alger, le maintien de la sécurité sur l’ensemble du territoire, l’amélioration de la gouvernance politique et administrative, la résolution de la crise scolaire, etc. S’agissant de l’architecture et les organes de transition, on retiendra la nomination d’un président de transition civil ou militaire, la création d’un organe de veille, d’une Assemblée constituante et d’un gouvernement de transition comprenant la société civile, les militaires, les politiciens, les femmes et les jeunes. Ces personnes doivent être choisies sur la base de leur probité morale.

Au niveau de la charte, l’atelier recommande la mise en place d’une transition d’une durée minimum de 12 mois à 3 ans maximum, l’interdiction aux membres des organes de transition de se présenter aux élections générales, la réduction du train de vie de l’état. Aussi, les forces vives de Ségou souhaitent que les acteurs de la transition s’impliquent pour la libération du sous-préfet de Farako et de l’honorable Soumaïla Cissé.

Mamadou SY
Amap-Ségou

Laisser une réponse