Ségou : LE COMITÉ RÉGIONAL D’ORIENTATION ÉVALUE LES ACTIVITÉS SANITAIRES ET SOCIALES

0
445

La rencontre a permis d’apprécier les performances des structures de
la région, de tirer les conclusions et de formuler des recommandations
essentielles pour la mise en œuvre efficace et efficiente des actions en cours et celles programmées au titre de 2020

Le directeur de cabinet du gouverneur de Ségou, Siné Dembelé préside les assises

Les assises du Comité régional d’orientation, de coordination et d’évaluation (CROCEP) du Programme de développement sanitaire et social (PRODESS), se sont tenues du 28 février au 1er mars. La rencontre qui s’est déroulée dans la salle de conférence du gouvernorat de Ségou, était présidée par le directeur de cabinet du gouverneur de Ségou, Siné Dembelé. C’était en présence du chef de la Cellule de planification et des statistiques du secteur du développement social, promotion de la femme, Dr Kléman Traoré, du représentant des partenaires du PRODESS, Badji Kanouté. Y étaient également les autorités politiques administratives, les chefs de services régionaux et subrégionaux, les représentants de la société civile et plusieurs invités.
Le CROCEP est l’instance suprême de coordination et de planification des activités sanitaires et sociales au niveau régional. Le cycle de la planification dans le cadre du PRODESS est en harmonisation avec celui du ministère de l’Economie et des Finances afin de favoriser la mobilisation à temps des ressources pour la réalisation des activités. Chaque année, les directions régionales de la santé, du développement social et de l’économie solidaire, de la promotion de la femme organisent le CROCEP avec la participation de l’ensemble des acteurs et partenaires au niveau local, régional et national.
La rencontre permet d’élaborer les documents du CROCEP 2019. Il est aussi question de partager les informations sur le CROCEP 2019, assurer le transfert des supports de programmation technique, des rapports d’activités, du bilan et du canevas de présentation.
Selon le Dr Kléman Traoré, la rencontre a permis d’apprécier les performances des structures de la région, de tirer les conclusions et de formuler des recommandations essentielles pour la mise en œuvre efficace et efficiente des actions en cours et celles programmées au titre de 2020.
La session, selon Dr Traoré, a aussi été l’occasion de partager les réflexions en cours relatives à certains dossiers en chantier au niveau des trois départements du secteur.
Pour le directeur de cabinet du gouverneur de Ségou, ces assises se tiennent à une période marquée par la persistance de l’insécurité dans certains cercles de la région avec des répercussions négatives sur la mise en œuvre des activités de la santé. Ces assises interviennent également dans un contexte marqué, entre autres, par la poursuite de la gratuité de la césarienne, la prise en charge du paludisme chez les enfants de 0 à 5 ans et les femmes enceintes, la prise en charge de la malnutrition aiguë, le dépistage et la prise en charge du VIH-Sida. Il faut aussi citer, entre autres, la poursuite du processus de mise en œuvre des soins essentiels au niveau communautaire dans tous les districts sanitaires, la mise en œuvre du projet d’établissement de l’hôpital Nianankoro Fomba. S’y ajoutent la finalisation et la validation au niveau national du document de réforme de la santé dans notre pays, ouvrant de nouvelles perspectives pour l’amélioration de la qualité des soins et des services au bénéfice de la population.
Par ailleurs, Siné Dembélé a indiqué qu’en dépit de certaines difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des activités planifiées en 2018, la région a enregistré plusieurs acquis. Il a cité, entre autres, l’organisation de deux passages de vaccination contre la poliomyélite chez les enfants de 0 à 59 mois, l’organisation d’une campagne de traitement de masse des maladies tropicales négligées.
Il faut aussi souligner le dépistage et la prise en charge de 32.405 enfants de 0 à 59 mois atteints de malnutrition aiguë dans les structures de santé.
Par ailleurs, ce sont 345.079 cas de paludisme, dont 145.447 cas chez les enfants de moins de 5 ans qui ont été dépistés et pris en charge. Les principaux indicateurs de l’année 2018 sont, entre autres, dans le domaine de l’accessibilité aux CSCOM dans un rayon de 15 km, 95%. La couverture en BCG des enfants de moins d’un an est de 108%, celle en Penta 3 des enfants de moins d’un an est de 91%. La couverture VAR des enfants de moins d’un an est de 92%, celle de CPN1 est de 72%, CPN4 19%, CPN effective 18%. La couverture en accouchement assisté est de 33%, l’utilisation de la consultation curative est de 0,34 nouveau contact/habitant. La prévalence contraceptive est de 18%.
Par ailleurs, ils sont 29.247 bénéficiaires des mutuelles de santé, 20 personnes handicapées appareillées, 108.757 personnes ayant bénéficié de distribution gratuite de vivres et non vivres suite aux distributions gratuites et à l’assistance des indigents. Ce sont 2019 activités génératrices de revenus financées, dont 148 pour les femmes seules chargées de familles.
Pour bien mener ses activités le bilan financier s’élève à 8,202 milliards de Fcfa repartis à raison de 5,525 milliards de Fcfa pour la santé, 631,348 millions de Fcfa pour le développement social, 127,810 millions de Fcfa pour la promotion de la femme et 1,917 milliard de Fcfa pour l’hôpital Nianankoro Fomba. Ces ressources proviennent essentiellement de l’Etat, des collectivités, des communautés, du recouvrement des coûts et des partenaires.
Parlant des défis à relever, le directeur de cabinet du gouverneur de Ségou, a pointé du doigt l’amélioration de la qualité des soins dans les établissements de santé, la mobilisation à temps des ressources financières. S’y ajoutent l’amélioration du taux d’adhésion aux mutuelles de santé, le faible taux de RAMED, la faible fonctionnalité des caisses de solidarité dans le cadre de la référence évacuation liée à la faible mobilisation des quotes-parts des acteurs des collectivités territoriales. Il a félicité et encouragé les équipes socio-sanitaires pour les résultats obtenus, malgré les nombreux défis qui, du reste, interpellent tous. À l’issue de la rencontre, l’on peut dire que la région de Ségou dispose de plans opérationnels réalistes et centrés sur les préoccupations réelles des populations.
Mariam A. TRAORÉ
AMAP-Ségou

Laisser une réponse