Service national des jeunes : Un repas de corps pour plus de cohésion

0
94

Les anciens du SNJ ont exprimé leur solidarité à l’endroit de leurs camarades

Dans le cadre de la célébration du 60è anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale, le Service national des jeunes (SNJ) a organisé vendredi dernier un repas de corps dans ses locaux à l’ACI 2000. L’événement était placé sous la présidence du premier responsable de l’Amicale des anciens du Service national des jeunes (Ama-SNJ), Drissa Guindo. C’était en présence du directeur général adjoint du SNJ, Adama Koité et de plusieurs invités.

Pour le président de l’Ama-SNJ, l’utilité de ce repas de corps consiste à créer la cohésion entre les différents éléments, les compagnons et les collègues d’un service. Toutes choses qui peuvent jouer positivement sur le moral des agents. En participant à ce repas de corps, les anciens du SNJ qui ont été sous le drapeau, il y a plus de 30 ans, ont voulu exprimer leur solidarité à la direction de ce service, nouvelle formule.

«Nous sommes très contents d’être parmi nos compagnons, collègues pour se souvenir des parcours que nous avons pu faire ensemble et aider la direction du Service national des jeunes à relever tous les défis», a souligné Drissa Guindo. De son côté, le directeur général adjoint du SNJ s’est réjoui de ces retrouvailles autour de ce repas de corps. Cette tradition bien ancrée chez les militaires, a rappelé Adama Koïté, renforce la cohésion, l’esprit de corps. C’est aussi, d’après lui, de rendre hommage aux victimes tombées au champ d’honneur.

Adama Koïté a indiqué que le SNJ, nouvelle formule, est résolument en marche. «Nous sommes soucieux de votre bien-être. Nous sommes engagés à vos côtés pour faire de vous ce que les uns et les autres ont toujours rêvé : devenir des soldats au service de la nation. Inchallah (s’il plait à Dieu) cela arrivera un jour », a dit le directeur général adjoint du Snj.

Au début de la cérémonie, une minute de silence avait été observée à la mémoire de nos braves soldats tombés sur les différents théâtres d’opérations, suivie de l’exécution de l’hymne national.

Souleymane SIDIBÉ

Laisser une réponse