Session ordinaire du CSA : Le climat de confiance retrouvé

0
153

Le Comité de suivi de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger (CSA) a tenu, hier à l’ex-Cres de Badalabougou, sa 38è session ordinaire. Les travaux se sont déroulés sous la présidence du président du CSA, Boualem Chebihi, en présence du ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale, Lassine Bouaré et de son collègue, en charge de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Boubacar Alpha Bah. Le Haut représentant du président de la République pour l’Accord, Mahamadou Diagouraga, les représentants des mouvements signataires de l’Accord, ainsi que les corps diplomatiques accrédités dans notre pays ont également participé à la rencontre. Parmi les sujets abordés par les participants, on peut citer les conclusions de la 4e réunion de haut niveau du CSA en relation avec le Dialogue national inclusif (DNI), le déploiement des premières unités de l’Armée nationale reconstituée, le lancement du Fonds de développement durable (FDD), l’amélioration et le renforcement de la coopération et la participation des femmes dans la mise en œuvre de l’Accord.
Aux termes des travaux, le président du CSA a indiqué que la tenue de cette session revêt un caractère particulier dans la mesure où elle se tient dans son format ordinaire depuis pratiquement six mois. Selon Boualem Chebihi, la réunion visait la reprise des sessions ordinaires du CSA. «Nous avons évoqué pratiquement toutes les questions d’actualité qui ont un lien avec la mise en œuvre de l’Accord, les recommandations et les conclusions du Dialogue national inclusif notamment la question des législatives, le déploiement des premières unités de l’Armée nationale reconstituée qui a déjà commencé, les questions de développement et la représentation des femmes», a confié le diplomate algérien. Il ajoutera que des propositions concrètes ont été faites sur l’ensemble de ces questions et s’est réjoui de l’atmosphère dans laquelle s’est déroulée la rencontre.
De son côté, le ministre de la Cohésion sociale, de la Paix et de la Réconciliation nationale a dit qu’il faut considérer cette session comme le retour à la normalité, rappelant que l’Accord prévoit que le CSA se tient mensuellement. Pour Lassine Bouaré, cette rencontre a été l’occasion de faire le point des activités qui avaient été planifiées et convenues au cours de la session de haut niveau consacrée au redémarrage des activités du CSA.
Le ministre Bouaré s’est réjoui du redéploiement des premières unités de l’Armée reconstituée qui a une dimension structurelle, au-delà de sa dimension symbolique. Selon lui, ce déploiement était une opération test qui a permis de voir plus ou moins, les écueils et les difficultés, mais également d’évaluer comment va se dérouler le processus d’intégration de façon générale et surtout d’avoir une idée de sa soutenabilité financière. En outre, le chef du département en charge de la Cohésion sociale a aussi indiqué que la réunion a permis de faire le point sur la question du Fonds de développement durable, ajoutant que l’Accord a un volet économique relativement important. Pour lui, qui parle de retombées de l’Accord ou de son dividende pour la population, parle nécessairement de la question économique, car tout le monde se soucie des services sociaux de base, des revenus, des infrastructures …. «Donc, ce volet économique est important et c’est pour cette raison qu’il a fait l’objet d’une stratégie de développement durable». La question de l’inclusivité au profit des femmes dans les instances de mise en œuvre de l’Accord a également été abordée au cours des travaux. Et déjà, a annoncé le ministre Bouaré, la Coopération norvégienne a exprimé sa disponibilité à mettre des ressources à la disposition de notre pays pour pouvoir accompagner cette question d’inclusivité des femmes.

Bembablin DOUMBIA

Laisser une réponse