Signature de Convention : FEDAMA et UAAPREM formalisent leur collaboration

0
107

Les deux organisations entendent œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des artistes

La Fédération des artistes du Mali (Fedama) et l’Union des associations des artistes, des producteurs et des éditeurs du Mali (Uaaprem) ont signé une convention de partenariat, jeudi dernier, dans un hôtel de la place. La cérémonie était co-présidée par les présidents respectifs des deux organisations faitières de la culture, Alioune Ifra N’Diaye et M’Baye Boubacar Diarra. On y notait aussi la présence du représentant du ministère de la Culture, de l’Artisanat et du Tourisme, Yaya Sinayoko et de nombreux autres invités.

Pour le président de l’Uaaprem, cette convention permettra aux organisations faîtières d’assurer le plaidoyer en faveur d’une réorganisation systémique du secteur culturel. M’Baye Boubacar Diarra a également exprimé sa satisfaction de travailler avec la Fedama. Quant à Alioune Ifra N’Diaye, il a soutenu que ce jour était attendu depuis quelque temps, avant d’expliquer la nouvelle vision des organisations faîtières qui consiste à mettre en place un projet innovant pour la promotion et le développement du secteur culturel. Le président de la Fedama a aussi annoncé que le président de l’Association «Acte Sept», dont le but est de contribuer à la promotion de la culture malienne, va représenter les artistes au sein du Conseil économique social et culturel (CESC).

Il ressort des explications que la convention intervient à un moment où, les acteurs culturels sortent d’une longue période d’inactivité, marquée par la pandémie de la Covid-19 et la crise sécuritaire qui sévit dans notre pays depuis 2012. Elle est la concrétisation de 7 mois d’efforts. Pour les deux présidents, il est clair que l’heure est à la cohésion pour une vision commune. La Covid-19 et la crise politique ont largement affecté le secteur des arts parce que les événements et les productions, notamment les concerts, festivals, cérémonies de lancement d’albums musicaux étaient quasiment à l’arrêt. S’y ajoute, la fermeture des salles de cinéma et autres espaces de détente (bars, boîtes de nuit).

Il faut aussi rappeler les mesures restrictives du gouvernement qui interdisaient tout regroupement populaire pendant plus de trois mois, sans aucune compensation financière pour les artistes. Conscientes de cette réalité, les deux faîtières ont décidé de cheminer ensemble pour redynamiser le secteur des arts et de la culture parce qu’il faut admettre une évidence, l’annulation des évènements culturels a été un vrai caillou dans la chaussure des artistes. Certains d’entre eux ont vécu des jours difficiles du fait des manques à gagner liés au report des activités culturelles, voire à l’incapacité de les organiser dans un contexte de crise sanitaire.

L’Uaaprem et la Fedama ont décidé de prêcher par l’exemple à travers une convention de partenariat mais aussi de convaincre les autorités à accompagner les initiatives et les actions de promotion du secteur culturel. La convention en question permettra de faire un programme pour le développement du secteur mais aussi l’épanouissement des acteurs culturels. En clair, il s’agit de donner un nouveau statut aux acteurs culturels, de créer un système de retraite, d’assurance et de promotion de leurs œuvres.  Les deux organisations entendent œuvrer à l’amélioration des conditions de vie des artistes mais aussi poser les jalons du Conseil supérieur des arts et de la culture.

Amadou SOW

Laisser une réponse