Sikasso-Koulikoro : Le projet PAAR assure l’entretien courant de ses pistes aménagées

0
151

Le PAAR doit aménager 1.700km de pistes

Les productions agricoles et leur exportation occupent une place de choix dans le Produit intérieur brut. C’est dans ce contexte que le gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale, a initié le Projet d’amélioration de l’accessibilité rurale (Paar) pour le désenclavement et le développement du monde rural avec l’aménagement des pistes rurales et la réalisation d’infrastructures communautaires le long des villages riverains des pistes aménagées dans les Régions de Koulikoro et Sikasso. Ces deux régions, qui sont les zones d’intervention du projet, sont réputées être des bassins de production agricole par excellence et sont confrontés à des difficultés énormes pour évacuer leurs productions faute de routes praticables en toutes saisons.

Le PAAR entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale des transports, des infrastructures de transports et du désenclavement. L’objectif de développement du projet est d’améliorer et de pérenniser l’accès routier des communautés paysannes aux marchés et aux services de base dans la zone d’intervention du projet.

D’une durée de cinq ans, avec une mise en œuvre séquencée sur quatre phases d’intervention, la zone d’intervention de la phase initiale du projet est la Région de Koulikoro (à l’exception du Cercle de Nara) et la Région de Sikasso. Le projet doit aménager 1.700 km de pistes pour relier les zones de productions aux zones de consommation et faciliter l’accès des services sociaux de base aux populations. Il bénéficiera directement à 650.000 personnes, dont 51% de femmes et créera environ 144.000 emplois en cinq ans.

Il faut dire que le Paar est en cohérence avec les objectifs de la Stratégie nationale du transport en milieu rural qui consiste à promouvoir les techniques de travaux à faible coût et à Haute intensité de main-d’œuvre (Himo) faisant appel à la population locale. La réalisation de ce projet permettra également d’étendre et de consolider les acquis du Second Projet sectoriel des transports (PST2) qui vient de prendre fin et qui se focalisait déjà sur les zones rurales pour améliorer l’accès des communautés aux services socio-économiques et pour promouvoir les secteurs de production agricole.

Une des spécificités du Paar est d’assurer l’entretien courant et continu des pistes aménagées par le projet. En effet, pour assurer une meilleure appropriation et pérennisation par les communautés bénéficiaires des infrastructures routières réalisées par le projet, leur maintenance à travers un entretien courant continu s’avère une nécessité. La composante 2 du projet, Entretien courant et Sécurité routière vise à mettre en place un mécanisme de financement et de mise en œuvre pérenne et efficace des activités relatives à l’entretien des 1.700 km de pistes rurales en vue de préserver et pérenniser les investissements réalisés.

C’est dans cette logique que le projet Paar, conformément à ses objectifs, assurera cette activité importante à travers la mise en place des brigades d’entretien courant dans les villages situés le long des pistes aménagées. Afin que les populations elles-mêmes assurent cette maintenance avec l’appui des Organisations non gouvernementale et des structures techniques partenaires.

Les ONGs retenues sont SOS KBK pour la Région de Koulikoro et 3 AG pour la Région de Sikasso. Ces ONG d’intermédiation sociale sont chargées de la mise en place et de la formalisation des brigades constituées et le suivi du mécanisme de la maintenance des pistes aménagées par ces brigades. La formation des ONG et des brigades villageoises a été assurée par l’Institut national de formation professionnelle pour le bâtiment, les transports et les travaux publics (INFP/BTP), qui est un partenaire du projet pour l’entretien courant des pistes rurales.

Aminata Dindi
SISSOKO

Laisser une réponse