Situation sociopolitique au Mali: Le CRAMN engage la réflexion

0
129

Les conférenciers ont évoqué la situation sécuritaire, géopolitique, politique et économique du pays

Le Cercle de réflexion et d’appui pour un Mali nouveau (CRAMN) a animé, lundi dernier dans les locaux d’une assurance de la place, sa troisième conférence-débats sur le thème générique : «Quelle transition pour quelles réformes politiques et institutionnelles pour un Mali nouveau» ? avec comme slogan : «Le Mali de nos ambitions».

Les conférenciers ont évoqué le contexte général, notamment la situation sécuritaire, géopolitique, politique et économique de notre pays. Quelle transition pour un Mali nouveau ? Qu’est-ce que les Maliens peuvent attendre de cette transition politique ? Faut-il une nouvelle Constitution ou réviser l’actuelle ? Comment mettre à jour les textes régissant les partis politiques et la gestion des élections au Mali ? Quels sont les organes nécessaires à la conduite de la transition ? Voilà quelques questions auxquelles les conférenciers ont tenté de répondre.

Le président du CRAMN, Pr Bakary Camara, a précisé que son organisation considère que la nouvelle transition politique qui se dessine constitue une opportunité pour notre pays de poser les nouveaux jalons d’un développement économique et social harmonieux.

Pour lui, il est clair que l’échec est patent après 28 ans de pratique démocratique, encadrée par la Constitution de 1992, mais aussi après 4 tentatives de révision constitutionnelle (2000, 2011, 2017 et 2019). Et le Pr Bakary Camara d’ajouter que le débat actuel doit porter sur la nécessité de réviser ou renouveler la Constitution pendant cette transition afin de permettre à notre pays de partir sur de nouvelles bases de fonctionnement.

Le président du CRAMN a indiqué que son organisation a vu le jour en avril 2018. Il est composé d’universitaires, de chercheurs, d’enseignants, de juristes, d’économistes, de médecins, d’administrateurs, de politologues, entre autres. Sa création découle du constat de la gravité de la situation que traverse le Mali depuis quelques années.

Dr Bakary Camara a relevé que son regroupement crée les opportunités d’échanges informels ouverts à tout cadre malien qui voudrait contribuer au développement du pays, au-delà de son appartenance politique, religieuse ou ethnique. Le CRAMN tient aussi compte de la nécessité de faire converger les initiatives des intellectuels en termes d’analyses et de propositions de solutions.

Dr Bréma Ely Dicko, chercheur à l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako (ULSHB) et Dr Kalilou Doumbia, également chercheur à l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako (USJPB) et le président de la Fondation «Tuwindi», Tidiani Togola faisaient également partie des conférenciers.

Ils ont expliqué que les conclusions de leur rencontre seront remises au Comité national pour le salut du peuple (CNSP) mais aussi aux formations politiques et à la société civile.

Sidi Y. WAGUÉ

Laisser une réponse