Soutien aux économies face au Covid-19 : Le coup de pouce de la BCEAO

0
474

Une vue d’ensemble du siège de la BCEAO à Bamako

Déjà une première hausse de 340 milliards de Fcfa a été apportée au montant que la Banque centrale accorde chaque semaine aux banques, pour le porter à 4.750 milliards de Fcfa

Au fur et à mesure que les contacts physiques non nécessaires se réduisent, les agents économiques réalisent, sur la base d’études approfondies objectives réalisées par des experts, que les effets néfastes du Covid-19 sur l’activité économique et financière mondiale vont être énormes.
«L’Afrique sera confrontée à une bourrasque sans précédent au plan économique», prévient le célèbre économiste, ancien secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique des Nations unies (CEA), Carlos Lopes. Pour éviter ce scénario catastrophe, des études économiques tablent sur un besoin global de 2.500 milliards de dollars nécessaire pour empêcher un naufrage économique qui guète le continent.
En attendant que la solidarité internationale se manifeste en réponse à ce besoin, des organisations continentales, régionales ou sous régionale initient des mesures salvatrices visant à minimiser les conséquences de cette grave crise sanitaire sur nos économies. Notamment sur le système bancaire et le financement de l’activité économique dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa).
C’est ainsi que la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), qui dit suivre avec la plus grande attention l’évolution de la pandémie, a décidé d’augmenter les ressources mises à la disposition des banques de l’Union. « À cet égard, une première hausse de 340 milliards de Fcfa a été apportée au montant que la Banque centrale accorde chaque semaine aux banques, pour le porter à 4.750 milliards de Fcfa », révèle un communiqué publié sur le site Internet de l’institution financière.

En matière de refinancement des banques, la BCEAO, informe le communiqué, a pris l’initiative de faire la cotation de 1.700 entreprises privées dont les effets n’étaient pas acceptés auparavant dans son portefeuille. «Cette action permettra aux banques d’accéder à des ressources complémentaires de 1.050 milliards de Fcfa et aux entreprises concernées de négocier et bénéficier de meilleures conditions pour leurs emprunts», rassure la Banque centrale. Elle a aussi décidé d’affecter 25 milliards de Fcfa au fonds de bonification de la Banque ouest africaine de développement (BOAD) pour permettre à celle-ci d’accorder une bonification de taux d’intérêt. Par ailleurs, la banque centrale a augmenté le montant des prêts concessionnels accordés aux États pour le financement des dépenses urgentes d’investissement et d’équipement dans le cadre de la lutte contre la pandémie du Covid-19.
Au Mali comme dans plusieurs pays de la Communauté, des entreprises telles les compagnies de transport, les hôtels sont inquiets par rapport au remboursement des crédits qui leur ont été accordés par les banques. Pour accompagner les entreprises affectées par les conséquences de la pandémie, la BCEAO promet de «solliciter les banques pour qu’elles accordent les reports d’échéances appropriés, en particulier aux PME/PMI».
Les attroupements représentent un risque de propagation de la maladie, surtout au niveau des agences bancaires qui ne sont pas toujours suffisamment aérées. En vue d’éviter cette menace, la BCEAO compte approvisionner les banques en billets en quantité et en qualité suffisantes, afin de leur permettre d’assurer un fonctionnement satisfaisant des Guichets automatiques de banque (GAB). Aussi, envisage-t-elle, d’organiser, au besoin, le réaménagement du calendrier d’émission des titres publics sur le marché financier régional.

Cheick M. TRAORÉ

Laisser une réponse