Sur les traces des championnes d’afrique 2007 de basket-ball

0
180

En 2007 à Dakar, le Mali remportait l’Afrobasket féminin, en battant le Sénégal aux termes d’un match très abouti. Les Hamchétou Maïga, Kady Kanouté, Djéné Diawara, Naré Diawara offraient, ainsi, au Mali son premier trophée continental au niveau des sélections nationales seniors. Que sont devenues les joueuses de cette génération dorée qui ont fait vibrer le peuple à travers cet exploit sans précédent pour notre pays ?

En 2007, la génération des Hamchétou Maïga, Sadio Sangaré, Nagnouma Coulibaly, Aminata Sininta, Kadia Touré pour ne citer que ces quelques noms, ont fait vibrer le peuple, en remportant l’Afrobasket, face au Sénégal battu (63-56) devant son public. Une première pour le sport malien, toutes disciplines confondues, puisque jusque-là, aucune sélection nationale n’avait réussi à soulever un trophée continental au niveau des seniors.
Au Mali, comme au Sénégal où réside une forte communauté malienne, l’exploit des Aigles Dames a été célébré comme il se doit et dès leur retour au bercail, les nouvelles championnes d’Afrique seront reçues par le président de la République, Amadou Toumani Touré qui offrira une villa à toutes les joueuses et aux responsables techniques de la sélection. Plus d’une décennie après (13 ans pour être précis), L’Essor est allé à la recherche de celles que les supporters appelaient familièrement les Nyeleni du basket-ball malien. Si la majorité des championnes d’Afrique ont pris leur retraite et entamé une nouvelle vie, quelques joueuses fréquentent toujours les parquets et continuent à faire vibrer les supporters. Parmi les héroïnes de Dakar, on retrouve également des dirigeantes, des entraîneurs, des arbitres etc.
Ainsi, la capitaine de la sélection et grande artisane du sacre du Mali, Hamchétou Maïga devenue Hamchétou Maïga Ba est membre de la commission des joueurs de la Fédération internationale de basket-ball association (FIBA). Elle a été nommée, le 14 septembre 2019, au sein de cette commission pour un mandat de quatre ans. Hamchétou Maïga Ba est la première Malienne à siéger au sein de cette commission qui a été créée en 2005 par FIBA-Monde.
Présidente des athlètes de social olympique et de la Fondation Hamchétou Maïga Ba qui organise chaque année le «Camp La pantha» pour montrer qu’il est possible d’allier basket et études, l’ancienne capitaine des Aigles Dames travaille également dans le domaine de l’humanitaire et dans l’immobilier. «Ce projet vise à aider les personnes qui ont une déficience intellectuelle. Notre objectif c’est de pouvoir les intégrer dans la société car ce sont nos parents, frères et sœurs.
Ils ont droit à une place en tant que personne dans la société. Donc, avec le sport, on essaie de leur redonner de la visibilité et de l’espoir. Au lieu de les dénigrer, prenez le temps de les connaître, vous serez vraiment surpris», explique la championne d’Afrique 2007. Kady Kanouté elle, est membre de la commission des athlètes de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA) depuis 2013.
L’ancienne internationale représente, dans cette commission, la Zone 2 qui compte sept pays.

Après le sacre de Dakar, les Aigles Dames ont participé aux J.O. de Pékin 2008

IMPLICATION DANS LES PROJETS DE RECONVERSION DES ATHLèTES-Kady Kanouté s’occupe plus particulièrement, pour le compte de l’ACNOA, de présenter aux athlètes africains le programme de reconversion développé par le Comité international olympique (CIO). «Depuis la fin de ma carrière, j’ai décidé de m’impliquer dans les projets de reconversion des athlètes. à l’ACNOA, nous sommes sept membres, chacun ayant la responsabilité d’une zone géographique».
Âgée de 33 ans, Mme Maïga Djéné Diawara est l’une des rares de la génération de 2007 encore en activité. En effet, notre championne évolue actuellement avec les Flammes Carolo (la ligue féminine française). C’est en 2002 que Djéné a rejoint l’équipe nationale en Tunisie. Sacrée championne d’Afrique en 2007 avec les Aigles Dames, l’internationale malienne a aussi décroché la médaille d’argent à l’Afrobasket 2009 et la médaille de bronze à l’Afrobasket 2011.
Djéné Diawara a été championne de France NF1 en 2010 (MVP du Final Four) avant de rejoindre la LFB en enchaînant les expériences avec les clubs de Charleville-Mézières, Villeneuve d’Ascq, Arras et Nice. Avec ce dernier, elle remporte le Challenge Round LFB 2016. Puis rejoint le Lyon Basket en 2016 pour un contrat de deux ans. Absente de l’Afrobasket 2015 au Cameroun, elle retrouve l’équipe nationale en 2017. Sœur-aînée de l’ancienne internationale, Naré Diawara elle, a pris sa retraite et vit depuis aux états-Unis avec sa famille. Mais avant de prendre sa retraite, elle a eu le privilège de jouer avec San Antonio en WNBA.
à l’instar de Naré Diawara, Sadio Sangaré, l’une des basketteuses les plus talentueuses de sa génération, a également pris sa retraite. Après un passage aux états-Unis, la championne d’Afrique 2007 fera une saison au Propad de Slovaquie où ses débuts n’ont pas été faciles. Sadio Sangaré vit actuellement aux états-Unis avec sa famille.
Nagnouma Coulibaly elle, reste encore en activité et évolue, depuis août 2019 avec Gérone en première division espagnole. En fait, il s’agit d’un retour pour la Malienne qui avait porté les couleurs du club, lors de la saison 2015-2016. Nagnouma Coulibaly a également joué en France, en Turquie et en Hongrie où elle a été MVP du championnat (meilleure joueuse, ndlr). Avec les Aigles Dames, la joueuse a participé aux J.O. de Pékin (2008) et au Mondial en République Tchèque (2010). Concernant l’Afrobasket, Nagnouma Coulibaly a disputé quatre éditions : 2011, 2013, 2015 et 2017. Aminata Sininta et Kadia Touré qui sont coéquipières au Djoliba et sacrées en 2005 en coupe d’Afrique des clubs, sont toutes deux membres du staff technique de la sélection nationale senior.

Les championnes d’Afrique avec le président ATT (blanc) à Koulouba

La première, Aminata Sininta a participé à plusieurs compétitions continentales avec le Mali notamment les championnats d’Afrique 2007 et 2009 et les J.O. de Pékin (2008). Aminata Sininta est gendarme, alors que Kadia Touré est directrice administrative d’une ONG internationale. Fatoumata Bagayoko fait partie également des joueuses en activité. Depuis quelques années, elle vit en France où elle évolue avec Union sportive Guenoise, une équipe de la Nationale féminine 3. Ancienne joueuse du Djoliba, Fatoumata Bagayoko a remporté plusieurs trophées avec le Mali : médaille d’or au Championnat d’Afrique 2007, médaille d’or aux Jeux africains de 2015 et médailles de bronze au Championnat d’Afrique 2011 et 2017.
Après l’Afrobasket, Kadia Sacko a joué à l’AS Police pendant 7 ans, avant de prendre sa retraite. «J’ai mis un terme à ma carrière suite à une blessure. Je me suis blessée lors d’une séance d’échauffement. Au début, je pensais que ce n’était pas grave, mais cette blessure m’a contrainte à dire stop», nous a confié l’ancienne internationale, avant d’ajouter qu’elle s’occupe aujourd’hui de sa famille et qu’elle a envie de prouver sa légitimité «dans un autre domaine».
Laoudy Maïga et Mme Doucouré Fatoumata Touré étaient également de la campagne 2007 à Dakar et les deux joueuses ont pris, chacune, leur retraite. La première est devenue agent de la police, alors que la deuxième est arbitre de basket. «Je ne voulais pas quitter le monde du basket après la retraite. C’est ce qui m’a poussé à faire des stages d’arbitrage et Dieu merci, les choses se sont bien passées», a confié l’ancienne internationale qui officie depuis trois ans au niveau de la ligue de basket-ball du District de Bamako.
Seïbou S.
KAMISSOKO

Laisser une réponse