Symposium des sciences appliquées : OUVERTURE DE LA 10ÈME ÉDITION

0
538

Une vue des participants lors de la cérémonie d’ouverture


Aucun pays ne peut se développer sans la recherche scientifique. Dans cette optique, la Société malienne des sciences appliquées (MSAS) organise, tous les deux ans, un symposium sur la recherche scientifique. Le programme est ficelé autour des thématiques d’actualité et des recherches pour le développement ainsi que les progrès de la science. Il se tient dans le cadre du journal scientifique et technique du Mali (JSTM). Cette année, le thème proposé est : «MSAS 20 ans déjà : Analyse des modèles de coopération scientifique Afrique–Diaspora». Les ateliers sont prévus du 22 au 27 juillet au mémorial Modibo Keita.
La cérémonie d’ouverture était présidée, dimanche dernier au CRES de Badalabougou, par le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Tiéna Coulibaly représentant le Premier ministre. C’était en présence de sa collègue de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Assétou Founé Samaké Migan et d’autres invités. Plusieurs chercheurs venus des cinq continents, recteurs d’université, directeurs d’école supérieure et de centres de recherche prennent part aux travaux. Le président de «Mali Watch» et plusieurs étudiants de la filière scientifique sont venus témoigner de leur intérêt aux travaux du symposium.
Dans son intervention, le ministre Tiéna Coulibaly a invité les scientifiques maliens à aller retirer leurs cartes d’électeur pour accomplir leur devoir citoyen le 29 juillet prochain. «Aujourd’hui, nous sommes réunis autour de la 10è édition de cette rencontre scientifique qui a déjà 20 ans de parcours», a-t-il dit. Par ailleurs, le ministre en charge de la Défense s’est réjoui de l’initiative salutaire des chercheurs qui ont trouvé cette voie pour échanger leurs expériences dans le domaine de la recherche scientifique. «Ils ont largement contribué à faire connaître nos universités à travers le monde. On retient l’ambition affichée à continuer dans la production du savoir et la vulgarisation des disciplines scientifiques au niveau de nos universités depuis son avènement en 1997», a-t-il indiqué. Le ministre Coulibaly a aussi exprimé l’engagement du gouvernement à accompagner et soutenir cette activité de promotion de la recherche scientifique. Le gouvernement va affecter les ressources appropriées pour pérenniser la recherche scientifique. L’appui financier n’a jamais fait défaut à travers le département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a-t-il expliqué. Assétou Founé Samaké Migan a salué tous les chercheurs pour leur engagement en faveur du développement de la recherche scientifique. «Il y a 2 ans, plusieurs activités de la semaine étaient organisées par mon département. Nous avons été frappés par cette culture de travail et de partage entre les diasporas afin de mieux comprendre le système éducatif malien. Durant ces rencontres, nous avons parlé sans tabou avec les mêmes objectifs » a rappelé Mme le ministre. «A travers ces rencontres, nous avons dégagé certains défis majeurs, notamment l’enseignement des sciences qui était en régression. Il a été aussi question d’introduire l’enseignement de la science au niveau de la base pour permettre aux enfants d’avoir le goût de la science et les orienter vers les disciplines scientifiques», a-t-elle ajouté. Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a également confirmé l’engagement de l’Etat pour le soutien financier des activités de la recherche scientifique. «Notre pays ne dispose pas encore d’institut de mathématique et de physique mais il enregistre des avancées réelles. Des académies sont déjà créées et des financements pour la recherche se mettent place avec des contenus scientifiques. Nous avons créé un centre de robotique pour soutenir les jeunes chercheurs et l’Etat fera tout pour les aider. Certaines thèses ont été soutenues par le gouvernement. Il faut noter que le document de la Politique nationale a pris en compte plusieurs aspects de la recherche scientifique », a détaillé Assétou Founé Samaké Migan.
Le président du Comité local d’organisation du MSAS 2, Bakary Sakho, a démontré que les scientifiques sont prêts pour le vote en présentant sa carte d’électeur.  Les organisateurs ont mis l’accent sur le financement du symposium qui réunit plusieurs scientifiques nationaux et internationaux. Ils ont relaté leur bilan de 20 ans dans le secteur de la rechercher et de l’éducation.
Aujourd’hui, plusieurs scientifiques donnent gratuitement des cours dans des universités et orientent les jeunes dans le choix de leur future profession.
Il faut noter que cette 10è édition du symposium sur les sciences appliquées est l’occasion pour notre pays de découvrir toute la crème du monde scientifique. Durant une semaine, les scientifiques vont échanger et proposer des pistes de recherche et des communications pour la promotion de la recherche scientifique en Afrique et au Mali. Ils sont environ une quarantaine de scientifiques à y prendre part. Il est aussi prévue des échanges sur les problématiques du développement de la recherche scientifique, des ateliers sur l’agriculture, les énergies renouvelables, l’environnement et l’eau, l’ingénierie, les mathématiques, la physique, la chimie, la santé publique et la pharmacopée traditionnelle, la santé et les sciences de la vie, les sciences humaines et sociales.
Amadou SOW

Laisser une réponse