Taekwondo : Seydou Fofana entre dans l’histoire

0
666

L’enfant de Sabalibougou (d, ici avec le président de la Femat) vise désormais la médaille olympique

Cinq mois après avoir obtenu la médaille de bronze aux Jeux africains de Rabat, le jeune combattant a confirmé tout le bien qu’on pense de lui, en se qualifiant pour les Jeux olympiques.

Interrogé la veille du départ de la délégation malienne au Maroc sur les critères de sélection de Seydou Fofana et Karamoko Soumaré pour le tournoi qualificatif des Jeux olympiques, Tokyo 2020, le directeur technique national de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT), Maître Mohamed Touré, ceinture noire, 5è dan avait répondu :  «Au niveau local, Seydou Fofana est actuellement le meilleur athlète du pays. C’est le seul combattant qui a réussi à remporter une médaille aux derniers Jeux africains. Karamako Soumaré, lui s’entraîne en Espagne après avoir bénéficié d’une bourse olympique.  à l’heure actuelle, les deux combattants sont les meilleurs du pays. Pour moi, ils ont leur chance et on peut leur faire confiance.» La suite des événements a donné raison à Maître Mohamed Touré avec la qualification de Seydou Fofana pour la finale des -68 kg, synonyme d’obtention du billet des Jeux olympiques de Tokyo. Le médaillé de bronze des derniers Jeux africains s’est hissé en finale, en signant quatre victoires en autant de combats.

La bonne nouvelle est tombée, dimanche vers 18h et en quelques minutes, elle s’est répandue comme une trainée de poudre.  A la FEMAT, comme dans la famille du jeune combattant, la nouvelle a été accueillie avec une scène de joie et un grand bonheur et sur le site de l’instance dirigeante du taekwondo national, on pouvait voir la mère, les tantes, les frères et sœurs de Seydou Fofana chanter et danser. Joint hier au téléphone au Maroc, le président de la FEMAT, Maître Alioune Badara Traoré, a également exprimé sa joie et sa fierté de voir un athlète malien se hisser à un tel niveau.

«J’ai un sentiment de joie et de fierté après cette qualification de Seydou Fofana. Il a fait honneur au drapeau national, mais le travail n’est pas fini parce que mon ambition, en tant que président de la Fédération malienne de taekwondo, est d’offrir à mon pays sa première médaille olympique à Tokyo», a confié Maître Alioune Badara Traoré, ceinture noire, 7è dan. Et d’ajouter «En quittant Bamako, nous avons demandé aux Maliennes et aux Maliens de faire des bénédictions pour les deux combattants. Dieu merci, notre premier objectif a été atteint, mais il reste un travail énorme à faire dans la perspective des Jeux olympiques. Je félicite l’ensemble des pratiquants d’arts martiaux du Mali et merci à tous.»

Né le 10 mai 1993 à Bamako, Seydou Fofana a commencé sa carrière en 2004 au dojo Kala sport, sous la houlette de Maître Yacouba Samaké, ceinture noire, 6è dan. Doué et très discipliné, il accède très vite au grade de ceinture noire, 2è dan. En 2008, Seydou Fofana se révèle au grand public, en remportant la médaille d’or au tournoi Amadou Baïba Kouma, avant de remettre ça quelques mois plus tard en championnat national.

Lors de la saison 2010-2011, il se hisse à nouveau sur la première marche de la coupe Amadou Baïba Kouma  et signe une deuxième victoire de rang en championnat national. Ses performances lui ouvrent les portes de la sélection nationale et Seydou Fofana effectue sa première sortie internationale, lors de l’exercice 2012-2013 et participe à l’open d’Abuja, puis à celui de Lagos au Nigeria. En 2014, le jeune combattant termine deuxième de la coupe de la communauté coréenne au Mali, avant de réaliser la passe de trois en championnat national. Un an plus tard, il remporte la coupe de la communauté coréenne du Mali et enchaîne avec sa première médaille continentale au championnat de la Zone II de l’Association des comités nationaux ouest-africains (ACNOA).

Champion de la coupe de la communauté coréenne en 2016, Seydou Fofana, 1,90m, 74kg, participe à son premier Championnat du monde en 2017 à Muju en Corée où il atteint les huitièmes de finale. En août 2019 à Rabat au Maroc, il décroche la médaille de bronze et entre dans le cercle restreint des athlètes maliens à réaliser un tel exploit. De 2004 à cette année, Seydou Fofana a également participé à plusieurs stages de formation qui lui ont permis d’acquérir de l’expérience et de l’aider à atteindre ce niveau. Le jeune combattant est attendu aujourd’hui et tout le monde des arts martiaux du pays est mobilisé pour l’accueil à l’Aéroport international Président Modibo Keïta-Sénou et célébrer dignement sa qualification pour les prochains Jeux olympiques au pays du Soleil Levant.

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse