Tombouctou : Journée mouvementée

0
193

Mercredi soir 6 mai 2020, aux environs de 18 heures des individus armés non identifiés ont tiré à bout portant sur un commerçant du nom de Mohamed Ibrahim Ag Aldjoumat dit Hamba à son domicile. Malheureusement, l’opérateur économique a succombé à ses blessures peu de temps après son admission dans la salle d’urgence de l’hôpital de Tombouctou. Les assaillants ont disparu dans la nature. La victime a été inhumée au cimetière Sidi Mahmoud.
La nuit de l’assassinat a été mouvementée. Les jeunes ont érigé des barricades et s’en prenaient aux motocyclistes.
Un sergent de l’armée du nom de Hammi Dicko a fait les frais de la furie de ces jeunes gens qui l’ont assommé avant de brûler sa moto. Il se trouve à l’hôpital et ses jours ne sont pas en danger, selon le service hospitalier.
Hier encore, la tension est montée d’un cran. Toutes les grandes artères de la ville étaient barricadées. La ville suffoquait à cause de la fumée dégagée par les pneus brûlés.

Tous les services étaient bloqués, les commerces étaient fermés. La ville était paralysée. À tous les 100 ou 200 mètres, on rencontrait des jeunes surexcités qui cherchaient la moindre occasion pour s’en prendre aux paisibles habitants.
Dans le quartier Bariz, des manifestants ont attaque une famille. Heureusement, les forces de l’ordre sont intervenues avec promptitude pour les chasser.
L’armée, la police, la gendarmerie, la garde nationale et la police de la Minusma étaient déployés partout dans la ville, au centre commercial, devant les bâtiments publics pour sécuriser les habitants. L’ardeur des marcheurs s’est quelque peu refroidie, car la canicule a aussi joué son rôle.
Un malheur ne venant jamais seul, un véhicule appartenant à la santé et affecté aux agents dans le cadre de la lutte contre le Covid-19 a été enlevé par des individus armés le mercredi 6 mai 2020 aux environs de 9 heures. L’armée a aussitôt engagé une poursuite qui a été fructueuse. Elle a réussi à récupérer le véhicule enlevé.

À l’entrée de la ville, la patrouille qui est partie à la poursuite des bandits a croisé les individus qui ont assassiné le commerçant. Ces derniers ont ouvert le feu sur les militaires. Bilan de ces échanges de tirs, un élément des FAMa, un soldat de 1ere classe, a été grièvement blessé.
Il a été admis à l’hôpital avant d’être référé au camp de la Minusma pour recevoir des soins appropriés. Aux dernières nouvelles, son état était stable, mais les soignants préparaient son évacuation sur Bamako.
Avec cet enchaînement de violences, l’inquiétude se lit sur tous les visages des habitants et la psychose s’empare de la ville. Il ne reste qu’à souhaiter que le cycle de la violence s’arrête rapidement.

Moulaye SAYAH
Amap-Tombouctou

Laisser une réponse