Tombouctou : Le mouvement IRGANDA fait sa rétrospective

0
231

Les officiels étaient présents à l’assemblée générale du mouvement

L’association des communautés de culture songhay ou mouvement IRGANDA a tenu sa 2è assemblée générale à Tombouctou du 26 au 29 décembre 2019. L’événement a regroupé les représentants des communautés sœurs, les partenaires, amis et sympathisants de l’association venus des communes, des cercles de la Région de Tombouctou, ceux des autres contrées du Mali. La diaspora était fortement représentée. La cérémonie a enregistré plusieurs invités de marque, dont le ministre de l’Agriculture Moulaye Ahmed Boubacar, le Haut représentant du président de la République pour la mise en œuvre de l’Accord d’Alger pour la paix et la réconciliation, le l’inspecteur général de police Mahamadou Diagouraga, Ousmane Oumarou Sidibé, président de la Commission vérité, justice et réconciliation, les mouvements armés signataires et non signataires, les communautés arabes, tamasheq, entre autres. Au programme plusieurs activités étaient prévues, notamment la visite de courtoisie aux autorités administratives, politiques, religieuses et coutumières de la Région, du Cercle et de la Commune, le don de sang à l’Hôpital de Tombouctou, la distribution gratuite de médicaments et de moustiquaires. Les conférences débats sur les manuscrits anciens de Tombouctou, leur apport dans la connaissance du terroir et leur rôle dans la culture de la paix et la cohésion sociale, la sécurité alimentaire, cas des zones arides, ont aussi meublé les activités de l’association grâce aux contributions d’éminents chercheurs, historiens et techniciens. Le maire de la Commune urbaine Aboubacrine Cissé a exprimé la joie des citoyens de la Commune pour avoir choisi la ville afin d’abriter cette rencontre importante. L’assistance a écouté les messages de paix et de cohésion sociale des responsables de la Plateforme, de la CMA, de la diaspora, des communautés tamasheq noire, arabe, touareg. Les Bozos, les Dogons et les représentants de Tabital Pulaku se sont faits aussi entendre. Tous les interlocuteurs ont réaffirmé leur soutien à IRGANDA qui a la même vision, les mêmes idées, les mêmes approches pour créer une cohésion sociale entre les communautés, qui quand bien diverses et multiples, ont même vécu des siècles ensemble.

Sur la dune de Sankoré pleine à craquer, le représentant du Premier ministre, le ministre de l’Agriculture Moulaye Ahmed Boubacar, a justifié les raisons de son séjour à Tombouctou. Il a soutenu que le président de la République Ibrahim Boubacar Keïta et le Premier ministre soutiennent toute action tendant à recoudre le tissu social qui a pris des coups. « Ils encouragent tout mouvement, dont le credo est la recherche de la paix, la cohésion sociale », a détaillé le ministre de l’Agriculture. « Contre toutes les velléités (politique, sectariste, sécessionniste) prêtées à ce mouvement, vous avez su inscrire vos actions dans le sens de la réconciliation nationale en tentant de ramener la paix, la cohésion sociale et le vivre ensemble entre toutes les communautés qui vivent sur le terroir songhaï. IRGANDA a toujours œuvré pour un Mali unique, laïc et républicain. Le gouvernement, convaincu que la force de la Nation réside dans sa multi culturalité, et que les communautés de culture songhaï représentent un pan important de la mosaïque du pays, n’a pas hésité un seul instant à apporter son soutien à ce mouvement dès les premières heures de sa création. », a complété le représentant du chef du gouvernement. Le président de IRGANDA, Ousmane Issoufi Maïga, a rendu grâce à Dieu « pour nous avoir montré ce jour ». Il a fait observer une minute de silence en la mémoire de tous les étrangers et Maliens morts au combat pour le Mali. Le président a fait le bilan des activités menées par l’association à l’intérieur et à l’extérieur du Mali depuis sa création à Gao le 19 mai 2017. Il a assuré que la tenue de cette 2è assemblée à Tombouctou a révélé tout un symbole de cohésion sociale et de vivre ensemble, car, cette ville appartient aux Arabes, aux Touaregs, aux Songhay, aux Bambaras, aux Peuls, aux Soninkés, aux Toucouleurs. Profitant de l’occasion de cette assemblée, Ousmane Issoufi Maïga a précisé qu’IRGANDA n’est ni un mouvement armé, ni un parti politique, ni une association religieuse, ni une organisation à vocation lucrative. IRGANDA est une association faitière œuvrant dans le sens de la défense des intérêts économiques, sociaux, culturels et moraux des communautés de culture songhay. « IRGANDA est républicain, partisan d’un pays uni, laïc et fort. Nous sommes partisans du Mali, nous sommes Maliens et en sommes fiers et dans ce cadre nous œuvrons à la consolidation et au rayonnement du pays. Nous sommes pacifiques, mais nous ne sommes pas d’un pacifisme béat. », a ajouté le responsable de l’association. Il a insisté sur le fait que « IRGANDA a opté pour l’attitude la plus difficile à tenir parce que plus responsable, il s’agit de la recherche de la compréhension mutuelle entre nous, source de la paix, de la cohésion sociale avec comme arme le dialogue. Il a remercié le gouvernement, les FAMas, la MINUSMA, la force Barkhane pour les efforts inestimables déployés pour que cette rencontre soit. Il a aussi remercié la directrice de la Compagnie malienne de navigation (COMANAV) pour son assistance dans le transport des délégations.
Il faut noter que Ousmane Issoufi Maïga a été reconduit au poste de président de l’association pour un nouveau mandat de 3 ans.

Moulaye SAYAH
Amap-Tombouctou

Laisser une réponse