Tombouctou : LE NOUVEAU PROJET POUR LA RÉDUCTION DES VIOLENCES COMMUNAUTAIRES

0
578
Avec un budget d’environ 7,5 milliards de Fcfa, ce projet a pour objectif de financer des actions de développement en vue de consolider la paix

Le gouverneur de la région de Tombouctou, Koïna Ag Ahmadou, a présidé le 18 mars 2019 dans la salle de conférence du conseil régional, la cérémonie de lancement du Projet réinsertion des ex-combattants (PREC). Organisée par l’antenne régionale de la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion (CNDDR), en collaboration avec le conseil de cercle de Tombouctou, cette cérémonie a enregistré la présence du président de l’Autorité intérimaire de la région, ceux des cinq cercles de la région. La cellule DDR du bureau de la MINUSMA de Tombouctou a aussi participé aux travaux.
Ce projet est financé à hauteur de 15 millions de dollars (environ 7,5 milliards de Fcfa) par la Banque mondiale. Le président de l’Autorité intérimaire de la région, Boubacar Ould Hamady, a fait comprendre que l’organisation de cet atelier s’inscrit dans le cadre de l’expression de la volonté politique de l’Etat et donne un signal fort pour la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation. « Au niveau des sites qui seront retenus pour le financement du projet, notre souhait, en tant que structure de coordination et de suivi des actions de développement, est que les actions démarrent par l’établissement d’une situation de référence en termes d’activités menées, en cours et planifiées, de besoins prioritaires hiérarchisés, consignés dans le PDSEC (outil de planification et de négociation pour les communes) afin d’éviter le double emploi », a fait remarquer le président. Il a ensuite recommandé que le projet développe des approches d’harmonisation des outils avec l’ensemble des partenaires au développement. Il a aussi souhaité que le projet collabore avec le conseil régional qui doit être consulté pour la réalisation des projets de développement décidés par l’Etat et les organismes publics ou privés sur le territoire de la région.
Le chef d’antenne régionale de la CNDDR, Firhoum Maïga a expliqué aux participants la philosophie du projet, les critères de choix, les cibles, les activités à mener et les procédures avec comme objectif final la réduction des violences communautaires. La cellule DDR de la MINUSMA de Tombouctou a partagé son expérience et son expertise en matière de projets à impact rapide pour réduire la violence communautaire. Ces projets touchent pour la plupart les zones à risque.
Le gouverneur de la région de Tombouctou Koïna Ag Ahmadou a rappelé qu’il n’y a pas de développement sans paix et que c’est elle qui constitue la première condition du développement. Le chef de l’exécutif régional a souligné que le PREC à travers le CNDDR avec l’implication des collectivités territoriales est une initiative du gouvernement et de la Banque mondiale. Il prouve à suffisance la volonté commune de tous les acteurs à régler définitivement les questions de sécurité et de paix en lien avec le développement. Pour lui, il s’agit également d’exploiter toutes les opportunités afin de consolider la paix et la sécurité dans notre région.
Il a pris l’engagement d’accompagner le projet et de faciliter sa mise en œuvre sur le terrain en vue de l’amélioration des conditions de vie des bénéficiaires. Le gouverneur a remercié la Banque mondiale qui a bien voulu apporter son soutien financier et technique au projet.

Moulaye SAYAH
AMAP-Tombouctou

]]>

Laisser une réponse