Tourisme : Découverte au Sénégal

0
250

                                                           Une vue d’un l’hôtel sur la plage de M’Bour
A l’invitation de l’Agence de tourisme du Sénégal, un groupe de journalistes, bloggeurs et promoteurs d’agence de tourisme de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali et du Nigeria a admiré les merveilleux sites touristiques du pays pendant une semaine

C’est par une escale sur la ville de M’Bour, la Petite Côte au sud de Dakar (Sénégal) que s’est achevé cet Eductour du Sénégal le jeudi 15 août dernier auquel a participé un groupe de journalistes, bloggeurs et promoteurs d’agence de tourisme de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali et du Nigeria. Abritant le second port de pêche du Sénégal, M’Bour est également un centre touristique très prisé. Ici, de nombreux touristes étrangers profitent du sable fin, du soleil et de ce bras de mer où l’eau est calme comme celle d’un fleuve. Des pirogues semi-traditionnelles et industrielles continuent leur ballet incessant entre les différentes plages. Tout comme des petits bateaux au moteur ronronnant déversent régulièrement leurs passagers. Après avoir traversé un bras de mer en pirogue, notre groupe débarque au restaurant «Chez Rasta Paradise ». Nous apercevons à quelques dizaines de mètres, un grand groupe de pélicans qui se masse dans un îlot. Vu de loin, ces oiseaux forment une sorte de masse blanche au milieu des eaux.
Du 9 au 15 août 2019, notre groupe a successivement visité le Musée des civilisations noires, la Cathédrale, le monument de la Renaissance africaine, l’île de Gorée et sa célèbre Maison des esclaves, le lac Rose, la Réserve de Bandia, les villages de Joal du célèbre écrivain et président du Sénégal Léopold Sedar Senghor et de Fadiouth, la mosquée de la Tidiania de Kaolack et la réserve du reposoir des oiseaux sur le Salon à Touba, vers la frontière gambienne. L’objectif général des Eductours/Fam trips combinés à des voyages de presse est de familiariser les prescripteurs professionnels et différents influenceurs des marchés émetteurs avec l’offre touristique sénégalaise pour une bonne programmation de la destination. Le résultat attendu est la promotion de la destination Sénégal et la mise en place de circuit inter-Etat combiné. Dans la région de M’Bour, à quelque 80 kilomètres de Dakar, la randonnée à Saly, la première station balnéaire du Sénégal, permet un dépaysement. Elle compte 25 hôtels et 33 résidences pour un total de 10 000 lits. Mais Saly abrite aussi de nombreux restaurants, bars, discothèques, boutiques artisanales etc. On peut également y pratiquer la pêche, la planche à voile, le ski nautique, le tennis, l’équitation, le Golf, etc. En effet, dans cette partie du Sénégal, la température tourne entre 20 et 30 degrés.
Une situation idéale à la fois pour ceux qui viennent des pays du grand froid, notamment en hiver et ceux des nôtres africains ou sahéliens. À l’origine, le village était un ancien comptoir portugais, « Porto de Ale » (le port de la bière). Aujourd’hui, Saly est devenu un véritable centre de service avec la présence des plus grandes banques du pays ainsi que des assurances, des agences immobilières…
Le Sénégal a initié un vaste programme d’embellissement de la station balnéaire de Saly Portudal pour un coût global de 1 milliard de Fcfa. Ces investissements concernent des hôtels, auberges, discothèques et un marché artisanal. Juste à 15 km de là, la Somone. Une autre destination très prisée des touristes. C’est également une autre expérience dans cette réserve naturelle avec une lagune au sable fin, où se côtoient plus d’une centaine d’espèces d’oiseaux, des crabes dans les eaux bordées de restaurants proposants des mets locaux et exotiques.

UN HAUT LIEU DE L’ISLAM-En partance pour la région du Saloum, le bassin arachidier, une escale à Kaolack permet d’apprécier les merveilles de cette cité. C’est l’une des plus grandes villes du Sénégal, qui abrite la grande mosquée de la Médina Mbaye Kaolack, un haut lieu de l’islam dans le pays. Cette mosquée est présentée comme l’une des plus belles du pays. Kaolack a, en effet, une dimension religieuse très importante au Sénégal. C’est la ville natale du marabout Mbaye Niass, qui est à l’origine de la confrérie musulmane Tidjane des « Niassènes ».
Après, Kaolack, direction Toubacouta pour vivre de nouvelles aventures. Des hôtels créés par des investisseurs étrangers, des oasis de luxe et de raffinement avec ses baobabs, des cadres enchanteurs et envoûtants de faune sauvage et de forêts de mangroves, ce site et ses excursions en kayak sur le fleuve Saloum pour admirer le coucher du soleil, offrent une occasion spéciale de détente aux cris de centaines d’oiseaux.
Sur cette partie du Sénégal, plus de 500 chambres sont disponibles pour les touristes.
A la fin de notre excursion, tout le monde est tombé sur les pôles d’attraction du Sénégal. En effet, le tourisme au pays de la Terranga est à la fois un tourisme de nature, d’observation, un tourisme de détente, de relaxation, un tourisme culturel, un tourisme religieux et familial. Il est tout aussi historique et protégé : patrimoines Unesco, musées d’Histoire, châteaux, églises, sites historiques, etc.
Le Sénégal dispose de 718 km de plages de sable fin, s’étendant de Saint-Louis à la Casamance. Il se positionne comme la première destination balnéaire en Afrique francophone, avec environ 1,5 million de touristes par en 2018, estime Pape Souleymane Diallo de l’Agence sénégalaise de promotion touristique (ASPT). La carte touristique du pays indique que l’essentiel des intenses concentrations touristiques se situent principalement sur le littoral (Saint-Louis, Dakar, Delta du Saloum et Basse-Casamance).
Youssouf
DOUMBIA

Laisser une réponse