Tournoi de l’Intégration africaine : LE GHANA AU BOUT DU SUSPENSE

0
1113
Le trophée a été remis au capitaine du Ghana par le maire de la Commune IV, Adama Bérété

Les dernières minutes de cette finale Ghana-Mali (1-0 pour le Ghana) ont été intenables et nombre de supporters, notamment les cardiaques ont dû quitter le terrain Bélier, avant même le coup de sifflet final de la partie. Menée 1-0 au score dès la 10è minute et sur la première occasion des Ghanéens (but de Mohamed Habib), l’équipe malienne a passé presque tout le reste du match dans le camp adverse mais sans réussir l’essentiel, c’est-à-dire, mettre la balle au fond des filets. En première période, comme au deuxième acte, l’équipe s’est créée au moins une demi-dizaine d’occasions nettes et à chaque fois le public se levait parce qu’il voyait le ballon au fond des filets. Mais c’était compter le dernier rempart du Ghana, Abubacar Sonko. Le jeune gardien a porté les siens de bout en bout et écoeuré les attaquants maliens et le public du terrain Bélier par ses arrêts reflexes, son sens de l’anticipation et surtout sa force mentale (dès la première minute du match, il avait eu un violent choc à la tête, ndlr). Dans les arrêts de jeu par exemple, il a claqué, coup sur coup, trois corners qui prenaient la direction des buts. C’est sur ces trois actions de classe que le référé central mettra fin au suspense, à la grande déception du public qui était acquis à 99% à la cause de la sélection malienne. A la fin du match, alors que ses coéquipiers le portaient en triomphe, une officielle fit venir Abubacar Sonko jusqu’au niveau de la tribune d’honneur pour le féliciter et lui serrer la main.
Le Ghana peut donc dire merci à son gardien Abubacar Sonko. C’est grâce à lui que son pays est devenu le premier à soulever le trophée du tournoi de l’Intégration africaine. Le jeune gardien a porté son équipe de la première à la dernière minute et a été sans conteste le joueur le plus en vue de la finale. La sélection ghanéenne a reçu une enveloppe de 200.000F cfa, contre la moitié pour le Mali. Au total, huit pays (Mali, Ghana, Côte d’Ivoire, Sénégal, Burkina Faso, Guinée, Cameroun, Gabon) ont participé à cette première édition du tournoi de l’Intégration dont le coup d’envoi avait été donné en décembre dernier. Les équipes participantes étaient composées de joueurs issus des communautés des différents pays vivant au Mali et en tant qu’hôte du tournoi, notre pays a été autorisé à aligner deux équipes. Tous les participants ont reçu des ballons et un prix spécial a été décerné aux anciens footballeurs du Mali qui composaient l’une des deux sélections maliennes.
La compétition a été initiée par la plate-forme Sauvons Le Mali, un regroupement d’associations de jeunes et de corporations diverses, dont l’objectif est le développement économique et social du Mali. La finale s’est déroulée, en présence de plusieurs personnalités, dont le maire de la Commune IV, Adama Bérété, le président de Sauvons Le Mali, Assane Sidibé, le Conseiller-Consul du Ghana au Mali, Charles Enchill. Dans son allocution de clôture, le premier responsable de la plate-forme Sauvons Le Mali a indiqué que le tournoi de l’Intégration est avant tout «un terrain de l’unité et de la solidarité». «A travers cette compétition, soulignera Assane Sidibé, nous voulons rendre hommage aux pères des indépendances africaines qui se sont battus pour la réalisation de l’unité africaine et qui ont posé les jalons de l’intégration africaine. Cette compétition sportive qui s’achève a été l’occasion pour les jeunes d’Afrique de se retrouver, de se connaître davantage, de partager leur passion du football dans un élan de communion. Aussi, elle a été un espace de réflexion devant les nombreuses inquiétudes dont les jeunes font face sur tout le continent, à savoir l’immigration clandestine, le chômage et l’épineuse question de leur représentation dans les institutions de leur pays».

Souleymane B. TOUNKARA

Laisser une réponse