Transformation des déchets plastiques : Le PNUD s’engage

0
98

Le laboratoire d’accélération du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a organisé hier un atelier de «réflexion sur la transformation des déchets plastiques : défis et opportunités». La cérémonie était présidée par le conseiller technique du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Drissa Traoré en présence du représentant du PNUD au Mali, Stan Nkwain.

Cet atelier de trois jours sera basé essentiellement sur les travaux de groupes qui permettront d’explorer la complexité des défis et de trouver des réponses intégrées. L’objectif principal de l’atelier consiste à identifier les défis et chercher des pistes de solutions adéquates afin d’améliorer la capacité de recyclage des unités.

Le représentant du PNUD a indiqué que la gestion des déchets plastiques constitue toujours une préoccupation environnementale et de santé publique. Au Mali, a expliqué Stan Nkwain, il ressort du rapport sur l’état de l’environnement que la production de déchets est estimée à 1.620 tonnes par an, soit 0,545 kg par personne et par jour.

Ainsi, il a ajouté que le problème se pose aujourd’hui avec acuité, au regard du spectacle désolant qu’offre la prolifération des sachets plastiques utilisés comme emballages et dispersés par la suite dans la nature. C’est fort de ces constats que le PNUD, avec l’appui financier de ses partenaires, a mis en place en 2019 un réseau d’apprentissage constitué de 60 laboratoires afin de repenser le développement tout en accélérant l’atteinte des ODD par la recherche de solutions innovantes pour répondre aux défis complexes de notre époque.

Selon Stan Nkwain, dès sa mise en place, le laboratoire d’accélération du PNUD Mali a cartographié et testé la solution des kiosques d’achat des déchets plastiques qui participe à une meilleure organisation de la filière et suscite un changement de comportement en faveur du tri à la source.

Au cours de ce test, il a affirmé qu’il a été constaté que les quelques entreprises de recyclage existantes rencontrent des difficultés qui annihilent les efforts dans ce secteur d’activité. Par ailleurs, le conseiller technique du ministère de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable a indiqué que, dans notre pays, l’environnement urbain comme rural est de plus en plus affecté par les pollutions de l’air, des eaux et des sols, résultant, entre autres, d’une mauvaise gestion des sachets plastiques.

Pour sa part, le responsable de l’expérimentation au laboratoire d’accélération au PNUD Mali, Issa Bamba, estime que les déchets plastiques constituent un problème de santé, car certaines couches vulnérables sont exposées à travers le tri des déchets au niveau des dépôts de transit. Selon lui, les déchets sont transformés pour obtenir plusieurs produits notamment les tuyaux, les gaines, les plaques à nettoyer, les cuves et les pavés.

«Nous avons visité quelques entreprises qui transforment les déchets plastiques en ces différents produits cités», a précisé Issa Bamba. Il a invité la population à changer de comportement en faisant le tri à la source, autrement dit à séparer les déchets plastiques des autres types de déchets pour que les entreprises puissent les obtenir dans les meilleures conditions pour les transformer.

Makan SISSOKO

Laisser une réponse