Trêve dans la désobéissance civile : Un pas vers la décrispation au Mali ?

0
181

Les leaders du M5-RFP lors du dernier rassemblement place de l’Indépendance

Les leaders du Mouvement du 5 Juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) ont engagé, lundi leurs militants à observer une trêve dans l’exécution des consignes de désobéissance civile. Cette suspension des hostilités qui court jusqu’à la fin de la fête de la Tabaski se transformerait-elle en paix des braves ? Si tel est le souhait de nombreux Maliens, à ce jour, nul ne saurait donner une réponse tranchée à cette question.

En tout état de cause, dans la recherche de solutions à la grave crise sociopolitique, ceux parmi nos compatriotes qui ont un optimisme mesuré adoptent probablement la meilleure posture. À ce propos, le contenu de la déclaration rendue publique, lundi par le M5-RFP sur le communiqué de la mission de la Cedeao indique que le bout du tunnel est encore loin.

Ainsi, le Mouvement du 5 Juin regrette que la mission de médiation de l’organisation sous-régionale sur la résolution de la crise sociopolitique continue de croire que la crise malienne se résume au seul contentieux électoral du deuxième tour du scrutin législatif, et non à un problème plus global de gouvernance. Le M5-RFP souligne en sus que le communiqué de la médiation laisse sans réponses les attentes et aspirations profondes du peuple malien.

En ramenant ainsi le règlement de la crise malienne à des questions purement électorales et à l’entrée du M5-RFP dans un gouvernement dit «d’union nationale», déplore la déclaration, la médiation de la Cedeao méconnaît gravement les objectifs de refondation de l’État du Mali nourris par les Maliens à travers ce vaste mouvement populaire.

Par ailleurs, selon les contestataires, les arrangements institutionnels proposés par la mission de l’organisation communautaire constituent «un modèle typique de violations de la Constitution du Mali». Alors que le Mouvement, lors des différents échanges, s’est inscrit dans le respect des dispositions constitutionnelles du Mali, des protocoles et engagements communautaires.

Le M5-RFP réaffirme comme un préalable l’exigence d’actions judiciaires contre les auteurs, commanditaires et complices des tueries et exactions commises contre les manifestants à mains nues dans les rues, domiciles et lieux de culte.

Le M5-RFP réitère aussi sa demande de libération de Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition. Toutes choses qui fondent les responsables du Mouvement à appeler le peuple malien à demeurer mobilisé et déterminé pour la mise en œuvre de «son droit constitutionnel à la désobéissance civile, sur l’ensemble du territoire national et dans la diaspora, jusqu’à l’aboutissement du combat patriotique pour un Mali démocratique, républicain et laïc, et pour le bonheur des Maliens».

Contrairement au M5-RFP, la Convergence des forces républicaines (CFR) souscrit sans réserve aux propositions de sortie de crise formulées par la Cedeao. Aussi, invite-t-elle le M5-RFP à s’inscrire exclusivement dans le dialogue et la légalité constitutionnelle. La CFR félicite l’imam Mahmoud Dicko pour son appel incessant à l’apaisement et au dialogue, et l’appelle à continuer de peser de tout son poids pour faire adhérer le M5-RFP aux propositions de sortie de crise de l’organisation sous-régionale.

Dans un communiqué daté d’hier, le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat a condamné fermement les actes de violences consécutifs aux manifestations des 10, 11 et 12 juillet 2020 qui ont occasionné des pertes en vies humaines, des blessés et la destruction des biens publics et privés. Il a demandé que des enquêtes soient rapidement menées afin d’établir les responsabilités, rendre justice aux victimes et appliquer des sanctions appropriées.

«Le président de la Commission de l’Union africaine exhorte tous les acteurs à faire preuve de retenue, à poursuivre les négociations pour une mise en œuvre diligente de solutions consensuelles afin de préserver la paix, la stabilité et la cohésion sociale», énonce le même texte.

Massa SIDIBÉ

Laisser une réponse