Un accueil délirant

0
1040

Il était 16h 19 minutes, ce dimanche 25 avril, quand le Fokker 28 d’Air Mali SA transportant les Aiglons s’immobilisa sur le tarmac de l’aéroport international Bamako-Senou. A peine l’appareil stoppé, une meute de journalistes et de photographes prit d’assaut la porte de l’avion et ce malgré l’intervention des forces de l’ordre. Le ministre de la Promotion de la Jeunesse, le Haut commissaire du District, le secrétaire général du Comité d’organisation de la CAN (COCAN) et les responsables de la Fédération malienne de football qui attendaient au bas de la passerelle n’eurent même pas le temps de saluer les joueurs qui, dès leur sortie de l’avion, furent happés par les supporters. Amadou Coulibaly sortit le premier de l’avion suivi de Ténéman N’Diaye et de Seydou Keïta qui s’immobilisa quelques instants sur la passerelle pour brandir son trophée de Meilleur joueur de la Coupe du monde.
A 16h 23 minutes, lorsqu’apparut Mahamadou Dissa, portant sous son bras le ‘’Soulier d’argent’’, les ovations fusèrent de partout. Des larmes d’émotion et de gratitude jaillirent et la ruée s’accentua ne serait ce que pour effleurer le jeune goléador. Moins d’un quart d’heure s’était écoulé depuis l’arrivée de l’avion que déjà les forces de l’ordre étaient contraintes de faire usage de grenades lacrymogène pour dégager la sortie de l’aéroport tout en formant un cercle de sécurité autour des joueurs.«Je suis émotionné, je ne sais pas ce je dois dire en ce moment», eut juste le temps d’articuler Abdoulaye Camara ‘’Baco’’ avant d’être entraîné avec ses coéquipiers par les policiers sous les ovations de la foule et des employés de l’aéroport.
Le groupe salua la fanfare du Génie et le comité des supporters des Aiglons avant d’embarquer dans un camion découvert de la police. On avait fait vite puisqu’à 16h 35 minutes, le cortège s’ébranlait pour le stade Modibo Keïta. Mais dès la sortie de l’aéroport, la marée humaine, à l’affût sous un soleil accablant, bloqua le convoi, ne le ‘’libérant’’ qu’à 16h 55 minutes. Pour quelques minutes seulement puisqu’à partir de Faladié, le cortège se retrouva pris au piège de la foule qui avait envahi l’avenue de l’OUA ‘’Welcome home’’, «nous vous saluons, les Aiglons», «Merci les Aiglons», avait-on largement le temps de lire sur les banderoles qui assiègeaient le camion des Aiglons. Partout, danseurs et chanteurs scandaient le nom de Mahamadou Dissa pourtant quasiment invisible au milieu de ses coéquipiers. Adama Coulibaly «Police», connaissant sa timidité, lui avait pris son «soulier d’argent» pour le brandir à la foule. Juste derrière lui, Seydoublen Keïta tenait, serré sur son cœur, son trophée, le confiant à l’occasion à Baba Sadio Cissé qui le posait alors sur sa tête pour l’exhiber au public. à Badalabougou, un groupe de supporters (des copains de Dramane Coulibaly Scifo saura-t-on plus tard), fit jaillir des mouchoirs blancs et un gros ours en peluche. Plus loin sur la rue Leipzig, c’est un monumental Aigle en bois qui fit hisser à bout de bras sur le passage des joueurs.

A 17h 30 minutes, le cortège fait la jonction sur le Pont Fadh avec les premiers supporters de la Rive gauche du Niger qui n’avaient pu se caser au rond point du Monument de la Paix ou qui étaient trop impatients pour attendre là. Là, la police fut toute heureuse de recevoir l’assistance de bénévoles pour empêcher la foule de stopper le cortège. Sur le boulevard de l’Indépendance, des habitants de Dravéla se signalent à leur «pays» par une grande banderole proclamant, «Dravéla salue Boubacar Keïta et les Aiglons». A 17h 45 minutes, soit une heure et dix minutes après avoir quitté l’aéroport Bamako-Sénou, le convoi franchit les portes d’un stade Modibo Keïta plein à craquer et qui tanguera comme un vaisseau ivre lors du tour d’honneur offert par les Aiglons et leur encadrement. Ceux-ci seront, ensuite reçus par le ministre des Mines et de l’Energie, Yoro Diakité, qui avait à ses côtés plusieurs membres du gouvernement, dont Mme Diakité Fatoumata N’Diaye, Sada Samaké, Adama Samassékou, Mohamed Salia Sokona, Mohamed Ag Erlag et Ousmane Oumarou Sidibé. La cérémonie commencera par la présentation des joueurs par nos confrères Sy Souleymane Sy et Youssouf Traoré dit «Youssouf Valisi». Encore une fois Mahamadou Dissa fera exploser l’applaudimètre. A 18 heures 10 minutes, à l’énoncé de son nom, tout le stade se leva pour entonner : Dissa, Dissa, Dissa…Yoro Diakité s’adressa ensuite au nom du gouvernement, aux Aiglons et à leur encadrement technique pour les remercier d’avoir porté haut le drapeau malien. Le ministre des Mines et de l’Energie qui assurait l’intérim du Premier ministre en voyage, qualifiera ensuite le retour des Aiglons «d’événements de choix et d’espoir pour notre pays».Une malencontreuse coupure d’électricité, survenue alors que Yoro Diakité prononçait son discours et la nuit qui tombait contraignirent les organisateurs à écourter la soirée. Celle-ci dut, cependant, se poursuivre au domicile de chacun des joueurs pour lesquels la journée, à défaut d’être la plus belle de leur vie, a de bonne chance d’en être la plus longue.

Synthèse
B. THIERO

LES 18 JOUEURS

Gardiens : Ibrahim Boubacar Keïta, Issiaka Traoré, Défenseurs : Abdou Traoré, Adama Coulibaly, Amadou Coulibaly, Abdoulaye Camara, Séga Diakité, Cheick Dao, Milieux : Sadio Baba Cissé, Bakou Tounkara, Mahamadou Diarra, Attaquants : Dramane Coulibaly, Mamadou Bagayoko, Teneman N’Diaye, Seydou Keïta, Sidi Makan Sissoko, Mamadou Diarra, Mahamadou Dissa.

Laisser une réponse