Une équipe complète

0
126

Haméchétou Maïga
C’était la capitaine de la sélection, la joueuse à tout faire de l’équipe. Tantôt meneuse, tantôt ailière, tantôt pivot, la sociétaire de Mondeville (France) que d’aucuns appellent la Sénégalaise des Maliennes était en territoire connu à Dakar. L’ancienne joueuse du Djoliba a marqué les esprits à Dakar avec ses dribbles déroutants, sa vivacité et sa précision dans les lancers et les shoots. Haméchétou Maïga a été élue meilleure joueuse de la compétition.
Kadia Touré
L’ailière de l’AS PTT (Algérie) a été admirable de combativité. Généreuse dans l’effort, Kadia Touré a fait parler d’elle surtout lors des rencontres de poule au cours desquelles elle s’est distinguée par son adresse dans les shoots à distance. La championne d’Afrique des clubs 2005 qui rêvait d’un sacre avec la sélection nationale, a gagné son pari à Dakar.
Kadia Sacko
La meneuse de l’AS commune III a été peu utilisée par le coach José Rius. Mais contre le Sénégal en match de poules, Kadia Sacko a été l’une des joueuses les plus en vue du Mali. Ellei a remporté à Dakar son 3è trophée continental, après les CAN junior et espoir.
Fatoumata Bagayoko
La meneuse du Centre Alkaya Touré (championne d’Afrique junior et espoir) a pris du galon à Dakar. Celle qui compense sa petite taille par une vivacité dans les dribbles et une adresse dans les shoots à distance, a conquis le public dakarois, à l’image du technicien sénégalais qui a dit : «Bagayoko est l’une des armes secrètes du Mali».
Fatoumata Touré dite Mami
Longtemps handicapée par une blessure au genou, «Mami» n’a pas été utilisée à plein temps à Dakar. Mais à chaque fois qu’elle jouait, elle réussissait des paniers importants. Championne d’Afrique des clubs avec le Djoliba en 2005 et vainqueur des coupes d’Afrique junior et espoir (2007), Mami est, avec Nagnouma Coulibaly, la joueuse la plus titrée de notre pays.
Kady Kanouté
L’ailière de Grenoble (France) avait bien commencé la compétition, en s’illustrant dans les shoots à distance. Mais, la suite a été moins bonne pour Kady Kanouté, même si celle-ci fit un retour remarqué en finale contre les Lionnes de la Teranga. Sa présence physique a pesé lors du bouquet final.
Djéné Diawara
C’est une valeur sûre de notre basket-ball. Active sur les rebonds, l’ancienne pivot du Réal fut l’une des meilleures marqueuses de la sélection nationale et du tournoi. La joueuse a également terminé meilleure rebondeuse de la compétition.
Naré Diawara
Le pivot de la team de José Rius a fait la différence à chaque fois qu’elle a fait son apparition sur le plancher. Naré Diawara évolue dans le même registre que sa soeur cadette Djéné Diawara. Bagarreuse à souhait, elle s’est surtout fait remarquer lors des passages à vide de l’équipe.
Sadio Sangaré
Bien qu’elle ait joué en deçà de sa valeur, Sadio Sangaré a été d’un grand apport pour le groupe. Sa prestation contre le Sénégal en finale notamment ses nombreux paniers ont prouvé que Sadio Sangaré n’avait rien perdu de ses qualités après les deux années passées à la touche.
Aminata Sininta
Le pivot de l’Usfas a joué à presque tous les postes à Dakar (pivot, meneuse, ailière) et n’a pas failli à sa mission. À maintes reprises, le coach José Rius s’est appuyé sur l’ancienne sociétaire du Djoliba pour préparer sa stratégie. Contre le Sénégal en finale, Aminata Sininta a été sans reproche.
Nagnouma Coulibaly
Bagarreuse, Nagnouma Coulibaly l’a été jusqu’au bout même si elle commettait souvent des fautes inutiles. L’ancienne joueuse de l’AS Commune III et du Djoliba a été présente sous le cerceau, assurant près de 80% les rebonds offensifs.
Laoudy Maïga
Terrassée par un méchant palu, l’ex-joueuse du Réal qui évolue désormais au sein de l’AS Police n’a pas joué une seule minute à Dakar.
Synthèse de Seïbou S. KAMISSOKO

Laisser une réponse