Vacances : L’informatique occupe des élèves

0
289

L’informatique est devenue, aujourd’hui, indispensable dans notre vie quotidienne, au bureau, à la maison, pour la vie sociale, pour le travail, pour l’éducation et la formation. Elle est ainsi utilisée dans toutes les sphères : administration, postes, écoles, magasins, agriculture… Son apprentissage s’impose donc à tous : élèves et étudiants au premier chef. A ce titre, chaque année, pendant que certains vacanciers et vacancières s’intéressent à l’apprentissage de petits métiers, d’autres s’initient à l’informatique, en vue de se préparer pour la prochaine rentrée des classes.
Un tour en Commune IV du district de Bamako. Nous sommes dans un cybercafé à l’entrée de l’ACI 2000, quartier chic de Bamako et centre des affaires. A l’intérieur, six ordinateurs trônent sur de petites tables rectangulaires. Ils sont disposés en deux rangées de trois, comme s’ils se regardaient.
Le gérant, Youssouf Samaké, explique qu’il initie six élèves en informatique, chaque année. Pendant les trois mois de vacances, il leur apprend à maîtriser les logiciels de commune utilisation (Word, Excel) et à naviguer sur Internet. Cette année, il est, par exemple, en train de former trois filles et trois jeunes garçons. «Notre formation est destinée aux détenteurs du diplôme d’études fondamentales (DEF) et au-delà. Exceptionnellement, nous prenons des élèves de la 7è et 8è année », précise le gérant.
Les cours se déroulent trois fois par jour, de 17h30 à 18h30. Le coût de la formation s’élève à 15.000 Fcfa par module, soit un total de 45.000 Fcfa pour les trois modules.

Pour Youssouf Samaké, l’apprentissage de l’informatique est un grand atout pour les élèves. «Tout comme rien ne peut se faire aujourd’hui sans l’informatique, il est difficile d’imaginer une carrière sans la maîtrise de cet outil», explique-t-il, tout en se réjouissant du fait que les élèves apprennent vite l’informatique, surtout la saisie.
Juste à côté, opère un autre cyber où des élèves, assis devant des écrans, apprennent l’informatique. L’une des apprenants, Oumou Daou, est élève en classe de 10è année commune. Au Mali, c’est le tronc commun en première année secondaire. « Depuis toute petite, j’ai toujours voulu devenir un très grand ingénieur comme mon père. C’est la raison pour laquelle, mon père m’inscrit, chaque année, pendant les vacances, dans ce cyber pour apprendre l’informatique », confie la jeune Daou. Ses attentes semblent comblées, chaque année. Elle confirme ses connaissances informatiques et les partage même avec ses frères et sœurs à la maison. Précisant que cela fait trois ans qu’elle s’initie à l’informatique.
Moussa Konaté, candidat au baccalauréat, en série Terminale sciences exactes (TSE), semble avoir une autre motivation. «Je m’intéresse à l’informatique pendant ces vacances parce que les gens disent que pour être riche dans la vie professionnelle, mieux vaut apprendre l’informatique. Raison pour laquelle je suis là pour l’apprendre», dit-il pour ajouter qu’avant, il ne s’intéressait pas à l’informatique, même à l’école. Il est aujourd’hui convaincu qu’il ne peut, en aucun cas, s’en passer.
Car, grâce à l’Internet on peut, entre autres, converser avec ses amis de partout dans le monde, trouver des informations sur n’importe quel sujet, s’inscrire à des cours normaux et en ligne, télécharger ou partager des photos. L’Internet permet, aussi, de rencontrer des personnes de cultures différentes, acheter et vendre des articles sans effectuer le moindre déplacement.
Fady CISSE

Laisser une réponse