Visite du Premier ministre à Kayes : Écoute attentive et annonces satisfaisantes

0
376

Arrivé vendredi dernier en début de soirée dans la ville de Kayes dans le cadre de sa tournée de quatre jours en première région, le Premier ministre a annoncé la réalisation des infrastructures de développement, à la grande satisfaction des populations

Lors de sa rencontre avec les cadres et les forces vives de la première région, à la Chambre régionale de l’industrie et du commerce, Dr Boubou Cissé, a assuré : «Je suis venu. J’ai vu et l’Etat va agir et s’assumer en conséquence à la hauteur de vos attentes et de la dimension des défis auxquels la première région est confrontée».
Dans cette perspective, il a été élaboré un vaste programme d’infrastructures routières destinées à relier les régions les unes aux autres et à connecter les zones de production aux zones de consommation, a rappelé le chef du gouvernement.
Comme pour joindre l’acte à la parole, le gouvernement et la China road and bridge corporation (CRBC), ont signé, samedi au pied-à-terre de Kayes, un protocole d’accord relatif à la réalisation des études techniques et financières pour la construction de la route Didiéni-Kayes-Diboli.
Concernant la reprise des activités de Transrail, «priorité des priorités du président de la République», Boubou Cissé a annoncé que le train pourra siffler de nouveau courant premier semestre 2020. Il n’a pas caché que cela nécessitera des investissements énormes. Les rails sont inexistants à certains endroits. De nouveaux rails seront posés.

Le chef du gouvernement Boubou Cissé saluant les notabilités de Kayes

Outre les infrastructures routières, le gouvernement travaille d’arrache-pied pour le respect des normes dans les différents aéroports de notre pays, a assuré le Premier ministre qui a évoqué le projet de création d’une compagnie aérienne pour la desserte des différentes villes du pays.
Les premiers investissements ont été réalisés. Des avions ont déjà été acquis. Pour l’opérationnalisation de cette nouvelle compagnie, l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) demande au moins quatre à six mois avant de délivrer l’autorisation de voler. «Nous avons déjà consommé deux mois. Nous espérons avoir la réponse de l’OACI dans les quatre mois à venir pour que les avions puissent commencer à voler entre Bamako et Kayes», a expliqué le Premier ministre. Boubou Cissé a, par ailleurs, précisé que l’aéroport international Dag-Dag de Kayes est toujours en service. Au premier semestre 2019, il a enregistré plus de 56 vols au départ et à l’arrivée avec des centaines de passagers. «Ce qui manque aujourd’hui, c’est une compagnie aérienne pour desservir la destination régulièrement. Ce travail est en cours. Soyons un peu patients. Nous pourrions voir cela dans les prochains mois à venir», a indiqué le chef de l’exécutif national.

PAIEMENT ÉLECTRONIQUE – Lors de la visite de Boubou Cissé, samedi dernier, les autorités aéroportuaires ont confirmé que Dag-Dag continue de recevoir des avions et qu’il gère aussi les survols.
Le principal problème aujourd’hui est que la plateforme ne reçoit pas suffisamment de vols commerciaux pour rentabiliser les investissements qui sont estimés à une dizaine de milliards de Fcfa, pour la rénovation, a précisé un responsable de l’aéroport Dag-Dag. Ce dernier a rappelé aussi qu’une compagnie privée faisait la desserte Paris-Bamako-Kayes et Kayes-Bamako-Paris, avant le coup de force de mars 2012.
Les populations s’attendaient à des annonces fortes de la part du Premier ministre. Elles ont exprimé leur joie et leur satisfaction de le voir effectuer le déplacement pour la prise en compte de leurs préoccupations. A son arrivée vendredi, Dr Boubou Cissé a eu droit à un accueil populaire, de l’entrée de la ville jusqu’à la sortie du pont, en passant par le pied-à-terre et la tribune, sis au quartier Liberté. Chants, danses et autres animations folkloriques étaient au rendez-vous. Après cet accueil enthousiaste, le chef du gouvernement a rencontré les cadres et les forces vives de la ville à la Chambre régionale du commerce et d’industrie. Intervenant à cette occasion, le maire de Kayes a rappelé les préoccupations relatives à la réhabilitation de la route Didiéni-Kayes-Diboli, le redémarrage du trafic ferroviaire (voyageur et marchandises), la réalisation d’une université technique à Kayes. Adama Guindo a aussi demandé la construction d’un second château pour faire face aux besoins croissants en eau de la population d’année en année.
A la suite du maire, le président du conseil régional de la société civile de Kayes a demandé l’instauration du paiement électronique au péage, l’amélioration du plateau technique de l’hôpital régional Fousseyni Daou.
Il a réitéré la demande de la reprise du trafic ferroviaire, estimant que l’arrêt des trains a aggravé le calvaire des populations. «Les rails font partie du patrimoine culturel de Kayes. Donc, Kayes sans les trains, n’est pas Kayes», avait-il fait savoir.
Pour sa part, le porte-parole du regroupement spontané des associations et syndicats de Kayes a expliqué : «Le seul but de la manifestation du vendredi 3 août était d’attirer l’attention des décideurs sur les préoccupations urgentes de la région». Abdoulaye Coulibaly égrènera un chapelet de revendications dont le paiement diligent des salaires des cheminots en cette veille de rentrée scolaire. Il a aussi souhaité l’arrêt des exonérations accordées aux sociétés minières.
En réponse, Dr Boubou Cissé a rappelé que le gouvernement est conscient du fait que Kayes partage les mêmes difficultés que certaines régions. Il a ajouté que la construction d’un certain nombre de routes est une urgence absolue. Il a énuméré à ce propos la route Sévaré-Gao ; la route Gomacoura-Tombouctou ; la route Macina -Ténenkou-Diafarabé ; la route Kangaba-frontière guinéenne ; la route Kidal-frontière algérienne.
Le chef du gouvernement a annoncé que dans le cadre du plan global de désenclavement du pays, de nombreux chantiers verront le jour pour relier le Sahel occidental à la zone Office du Niger. Il y a aussi la Route du poisson dans le Delta central du Niger, la Route Douentza -Tombouctou et la route Ansongo-Menaka-frontière nigérienne.
Boubou Cissé a appelé à l’union, à la cohésion, à l’entente entre les communautés de la ville. Il a remis 50 tonnes de vivres aux populations vulnérables.

Envoyé Spécial
Cheick M. TRAORE

 

Le chantier du 2è pont avance

Samedi 31 août, avant de quitter Kayes, le Premier ministre a visité le chantier de construction du deuxième pont de la capitale des Rails. Objectif : s’enquérir de l’état d’avancement des travaux et trouver des solutions concertées aux difficultés. C’était en présence de la ministre des Infrastructures et de l’Equipement, Traoré Seynabou Diop.
D’une longueur totale de 541 m, cette infrastructure gigantesque prévoit deux fois deux voies, des passages pour piétons et motocyclistes.
Les travaux, réalisés par l’entreprise malienne Somafrec, sont presque terminés. Il reste à couler le goudron. Quand aux voies d’accès, longue de 17 km et qui relient la RN1 au pont et le pont à l’aéroport Dag-Dag, elles vont être réalisées par l’entreprise chinoise, Covec – Mali. Les travaux sont au point mort à cause de la pluie et de l’occupation des emprises par des particuliers.
Financé à 100% par le budget national, le taux d’avancement est de 90% pour le pont et 65% pour les voies d’accès. Le délai de réalisation a été consommé à hauteur de 94%.
Le chef du gouvernement a fait le tour du pont à pied. Sur le chantier, des ouvriers et des ingénieurs fixent les barres de protection. D’autres font le remblai des voies piétonnes. Les travaux de maçonnerie se poursuivent. Maçons, soudeurs, ferrailleurs et techniciens chargés de faire les coffrages sont mobilisés afin de livrer le pont, avant la date échue.
A la fin de la visite, le chef de l’exécutif national a indiqué qu’il était très satisfait de ce qu’il a vu sur le terrain. Toutefois, certaines mesures sont en train d’être prises pour libérer les emprises encore occupées, afin que les travaux puissent avancer.
Le Premier ministre et sa délégation ont ensuite rallié l’aéroport Dag-Dag de Kayes. Un aéroport de haut standing qui n’a rien à envier aux aéroports de certaines capitales africaines. Il est équipé des technologies de pointe.
Il existe et en bon état quatre appareils de check-in, un tapis roulant et des systèmes électroniques de contrôle des marchandises, des métaux et des personnes. Des équipements d’assistance aéroportuaires en bon état.

C. M. T

Laisser une réponse