Mali, Vœux de Nouvel An au chef de l’État : La presse salue l’augmentation de l’aide publique

0
370

Le président de la République saluant les invités

Soucis de financement et d’accompagnement, insuffisance de textes d’encadrement… les difficultés du monde des médias et de la communication sont nombreuses. Lors de la présentation des vœux au chef de l’État, hier à Koulouba, ces préoccupations ont été abordées par les intervenants. Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, a promis son appui pour que la presse puisse continuer à jouer pleinement son rôle.
Communicateurs, patrons de presse, présidents de faîtières et d’autorités de régulation des médias ont répondu présents à ce rendez-vous annuel avec le chef de l’État. Le président du Comité national de l’égal accès aux média d’État (CNEAME), Abdoulaye Sidibé, celui de la de la Haute autorité de la communication (HAC), Fodié Touré et le représentant du président de la Maison de la presse, Alexis Kalambry ont tour à tour pris la parole.
Alexis Kalambry a ouvert la série des interventions en souhaitant que l’année nouvelle puisse apporter la paix, la sécurité et la cohésion sociale dans notre pays. Il s’est félicité de l’amélioration de la pratique de la presse au Mali. Une embellie que la profession doit, en partie, au chef de l’État qui a honoré son engagement de porter l’aide publique aux médias à 300 millions de Fcfa.
À sa suite, Abdoulaye Sidibé, président du CNEAME, a dit son plaisir d’être à nouveau à ce grand rendez-vous annuel avec le chef de l’État. Il a indiqué que lui et ses collègues sont restés mobilisés durant l’année 2019 pour l’accomplissement de leur mission. Ainsi, ils ont joué leur partition dans la bonne tenue de la présidentielle de 2018. «Tout ce que nous avons réussi, c’est grâce à l’implication forte des médias d’État eux-mêmes », a-t-il témoigné.
De son côté, le président de la HAC, Fodié Touré, a salué le chef de l’État dont la politique de « la main tendue » aura permis à nos compatriotes de se parler et s’entendre sur l’essentiel. Il a vanté les mérité du Dialogue national inclusif dont les recommandations doivent être mises en œuvre avec efficience. Pour y arriver, Fodié Touré a estimé qu’il faudra continuer à privilégier le pardon, l’écoute mutuelle et faire taire nos divergences.
En réponse, le président de la République a dit toute son estime pour la presse. Il soulignera cependant le caractère exigeant du métier de journalisme, appelant les hommes de médias à cultiver la rigueur et l’excellence. Ibrahim Boubacar Keïta a, ensuite, insisté sur la situation du pays qui, malgré tous les problèmes qui l’assaillent, ne va pas sombrer. Il s’est dit particulièrement touché par les propos tenus par les intervenants qui, tous, ont convenu de l’urgence d’unir nos efforts. Le chef de l’État a, par ailleurs, apprécié l’accompagnement de la presse dans le cadre du processus du Dialogue national inclusif.

Issa DEMBÉLÉ

Laisser une réponse